A celui qui voyageait loin… de Shi Bo

A celui qui voyageait loin
Editions Alternatives – 78 pages
Littérature chinoise

« Parmi 8600 poèmes écrits entre le VIIe et le Xe siècle par des femmes chinoises, Shi Bo en a traduit et illustré 30.
Accompagnés de biographies quand elles sont connues, ces textes révèlent la fragilité de ces femmes entre abandon, séparation, douleur d’amour qui jamais ne meurt et lancinante mélancolie semblent alors les maitres mots d’une vie entière soumise au bon vouloir des hommes. »

MON AVIS :

Avec sensibilité et élégance, Shi Bo nous ouvre la porte de l’intime et du secret. Ceux de femmes qui, entre espoirs et abandon, tissent inlassablement les poèmes de l’attente.
Une oeuvre riche, mélancolique et souvent illustrée avec finesse qui nous conte la Chine du VII ème siècle, sa beauté, sa langueur et ses poèmes intimistes.

A-celui-qui-voyageait-loin-citation

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s