5 raisons de voir… Le caméraman d’Edward Sedgwick

le-cameraman

DVD – 1928
Réalisateur : Edward Sedgwick
Avec Buster Keaton, Marceline Day et Harold Goodwin – 75 minutes

Les débuts de Shannon comme reporter d’une compagnie d’actualités cinématographiques, dans le New-York des années 30 sont désastreux.
Néanmoins, encouragé par Sally, charmante secrétaire de la compagnie, dont il est amoureux, Shannon va s’imposer avec chance et drôleries…

5 bonnes raisons de découvrir ce film :

1-Un récit drôle et touchant :
Basé sur un comique de situations, Le caméraman s’amuse du contraste entre les gags burlesques que subit son personnage et son air impassible. Un humour vif et fluide qui témoigne de l’incroyable maîtrise de l’écriture et du scénario. Une oeuvre majeure dans la carrière de Keaton qui nous prouve, entre poésie et tendresse, l’immense talent de cet auteur connu comme l’un des acteurs incontournable du muet.
En effet, le principal concurrent de son contemporain, Charlie Chaplin, signe ici une oeuvre forte, à la fois drôle et touchante. Une véritable pépite du cinéma muet.

2-Les acrobaties de Buster Keaton :
Connu pour être « l’homme qui ne rit jamais », Buster Keaton, sait faire naître dans l’imaginaire du spectateur un humour de situation. Le personnage contraint entre un décor et des situations qui lui échappe, ne peut qu’être soumis aux éléments tout en feignant une assurance souvent factice.
Un exploit magnifiquement relevé pour cet athlète du cinéma qui utilise sont corps élastique et ses capacités corporelles comme instrument d’un humour surprenant et toujours maîtrisé.

3-Une critique du monde cinématographique de l’époque :
A travers ce film, c’est toute la société cinématographique en mutation que contemple Buster Keaton. Initialement photographe, le personnage principal s’essaie à la caméra et au mouvement.
Une oeuvre qui met en lumière toutes les capacités techniques des caméras de l’époque : surimpression, travail sur la rapidité des images, travelling, gros plans et plans d’ensemble etc.
Une technique qui ne résiste cependant pas à l’humour critique du scénariste puisque même un singe finit par savoir se servir d’une caméra…

4-Un noir et blanc sublime :
Oeuvre majeure de Buster Keaton, Le caméraman se pare, entre ombre et lumière, d’un magnifique noir et blanc. Une oeuvre qui, de part son propos et sa mise en scène, garde une impressionnante actualité.

5-La musique au service du muet :
Véritable oeuvre maîtresse du film, la musique devient un personnage à part entière du film. Un personnage parfois très présent et parfois plus effacé qui donne corps à l’oeuvre et l’élève, entre tendresse et poésie.

le-cameraman1

Vous aimez ce film, vous aimerez peut-être :
-Le kid de Charles Chaplin (1921)
-Le mécano de la générale de Buster Keaton (1926)
-Les temps modernes de Charles Chaplin (1936)
-Les feux de la rampe de Charles Chaplin (1952)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s