Ex machina d’Alex Garland

Ex machina

Film britannique – 1h48
Avec Oscar Isaac, Domhnall Gleeson et Alicia Vikander

À 26 ans, Caleb est un des plus brillants codeurs que compte BlueBook, plus important moteur de recherche Internet au monde. À ce titre, il remporte un séjour d’une semaine dans la résidence du grand patron à la montagne. Mais quand Caleb arrive dans la demeure isolée, il découvre qu’il va devoir participer à une expérience troublante : interagir avec le représentant d’une nouvelle intelligence artificielle apparaissant sous les traits d’une très jolie femme robot prénommée Ava.

MON AVIS :

Tous les ingrédients du film d’anticipation sur l’intelligence artificielle sont ici réunis : un robot plus vrai que nature sur lequel on s’interroge pour lui trouver une conscience, un savant fou qui se prend pour Dieu, un jeune novice qui représente la morale humaine. Autant d’ingrédients qui, sertis dans un huis clos angoissant sur lequel agit comme une caisse de résonance un grand travail sur le son, interrogent sur le sens et l’avenir de l’humanité.
Mais si les thèmes sont en soi intéressants, il reste difficile de se départir d’un sentiment de déjà vu. En effet, à l’image de Frankenstein et de sa créature, Ex machina illustre l’affrontement entre le créateur et son oeuvre. Les notions de sexualité et de conscience qu’évoquent le film sont également intéressantes mais ont déjà été évoquées dans d’autres films (comme l’excellent Her ou la série Real Humans). Une oeuvre de plus sur un sujet déjà bien connu qui aurait peut-être mérité de s’élever davantage ou de développer de nouvelles problématiques. Un film qui n’est cependant pas mauvais en soi mais qui aurait pu atteindre une dimension nouvelle et plus universelle.

Bande annonce

Publicités

28 réflexions sur “Ex machina d’Alex Garland

    • Je ne suis pas sûre qu’il sorte de l’ordinaire, à vrai dire je lui ai trouvé un petit air de déjà vu mais il se laisse voir sur ce thème 🙂

  1. Je n’ai toujours pas vu ce film (il faut dire qu’il n’est pas sorti chez moi – ce qui est rare vu le nombre de films, parfois vraiment méconnus qui sortent dans mes cinémas, mais bon c’est la vie) mais je lis pour une fois une critique modérée sur ce film.

  2. Je trouve le début de ton avis particulièrement avisé!!! C’est tout à fait ça!
    Même si c’est pas le film du siècle, la fin laisse des perspectives intéressantes…
    Bon maintenant je vais vite regarder Her 😉

    • C’est vrai que la fin du film est aussi intéressante. Elle ouvre en effet de nouvelles (et terribles) perspectives 🙂 Merci pour ton message Oursino et à très vite !

  3. « Her » c’est une belle claque. C’est très bien amené, tout plein de sensibilité et on comprend (attention spoile) très bien pourquoi Samantha ne peut se suffire de la dimension humaine. Ce qu’on retrouve aussi dans Lucy (mais là c’est carrément devenir Dieu). Merci pour nous avoir conseillé.
    Au fait, j’ai beaucoup moins accroché à Real Humans qui est beaucoup moins subtil.

    Je te conseille un film que j’ai vu à sa sortie, un petit chef d’oeuvre des années ’80: Electric dreams ou la belle et l’ordinateur en français! Probablement un des premiers films à raconter une histoire sur l’émancipation numérique 🙂

    • Coucou Oursino 🙂 C’est vrai ? Tu viens tout juste de voir Her ? Je suis contente qu’il t’ai plu, c’est un film qui m’a durablement interrogé et puis j’ai particulièrement aimé le processus narratif : Cette voix désincarnée qui représente (comme c’est déjà le cas sur certains smartphones) une IA très développée, l’absence de corps, son rapport à l’homme qui, connecté, oublie jusqu’à son statut d’être humain etc.
      je n’ai pas vu Lucy. Tu me le conseilles ? Je note aussi Electric dreams, je suis curieuse 😉 à bientôt !

      • Oui, c’est un sujet passionnant et d’avenir!
        Lucy c’est avant tout du Besson! Donc de l’action!!! Il y est dit que l’homme n’utilise que 20% de son cerveau… Oui mais en fait ce ne serait pas toujours les mêmes zones qu’on utiliserait, donc le scénario repose sur un truc déjà bancal 🙂
        Je me souviens que le blog Tu mourras moins bête en parle, c’était bien drôle comme d’hab! http://tumourrasmoinsbete.blogspot.fr/2015/03/mardi-lucy.html?m=1

  4. Une critique courte, honnête et bien fichue. Pour moi c’est l’un des grands films de l’année, et même si la fin divise, je trouve que le film assume justement sa thématique quasi-horrifique jusqu’au bout!

    • A vrai dire, j’ai apprécié cette fin. Une autre aurait peut-être été malvenue. Ici, on est plutôt dans le désenchantement. Par contre, je ne classerai pas ce film dans le genre horrifique. Qu’est-ce qui te fait penser à ça ?

      • Le fait que le film se termine avec ce nœud gordien de la créature se rebellant contre son créateur me fait directement penser aux récits d’horreur, après cela ne concerne que certains aspects du film et sa fin 🙂

      • Je comprends mieux et c’est vrai qu’on ne peut pas s’empêcher de penser à Fran kenstein lors de ce final. C’est pour moi un peu la limite du film. Quand il s’est terminé, je me suis dit que ce genre de thème avait déjà été traité… Contrairement à Her, où il y a aussi une nouveauté dans la mise en scène, Ex machina reste sur ce point très classique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s