Le prodige d’Edward Zwick

Le prodige

Film américain – 1h54
Avec Tobey Maguire, Liev Schreiberb et Michael Stuhlbarg

L’histoire de Bobby Fischer, le prodige américain des échecs, qui à l’apogée de la guerre froide se retrouve pris entre le feu des deux superpuissances en défiant l’Empire Soviétique lors du match du siècle contre Boris Spassky. Son obsession de vaincre les Russes va peu à peu se transformer en une terrifiante lutte entre le génie et la folie de cet homme complexe qui n’a jamais cessé de fasciner le monde.

MON AVIS :

En décidant de relater la vie de Bobby Fisher à travers son combat intérieur et extérieur, mené au nom des Etats-Unis, Edward Zwick illustre une certaine vision de la guerre froide : un combat de géant, statique, mutique et surtout mental. En utilisant les échecs comme arme politique, il montre au spectateur une autre vision de la guerre froide, loin de la guerre des étoiles ou de la guerre nucléaire. Une guerre plus feutrée, dans laquelle les enjeux sont ceux de la perte des repères personnels et de la paranoïa ambiante.
L’ensemble est plutôt bien mené même si la mise en scène reste très classique. Les comédiens sont convaincants et le duo Tobey Maguire/Liev Schreiberb fonctionne bien. L’ensemble parvient au final à convaincre même si le film ne restera pas dans les annales, il a le mérite de nous faire passer un bon moment. Avec ce type de sujet, ce n’était pourtant pas évident.

Bande annonce

Publicités

16 réflexions sur “Le prodige d’Edward Zwick

  1. Le film m’intéressait (le sujet + le casting) mais hélas il n’est resté qu’une semaine chez moi et finalement hop, pas pu le voir. Mais je le note également pour plus tard 🙂

  2. Bonjour Yuko, j’avais trouvé le film très intéressant et bien joué. Et ce personnage de Bobby Fisher qui est horripilant arrive à toucher. Il avait « un grain » de génie ou de folie, c’est selon. Bonne après-midi.

    • Bonjour Dasola, c’est vrai que le personnage de Fisher est intéressant (comme celui de son rival également qui perd pied à un moment du film à son tour). Ici, on est dans l’affrontement mental pur et le fait d’être dans une telle abstraction montre que la guerre était vraiment faite à tous les niveaux. Bonne fin d’am à toi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s