Le musée du Dr Moses de Joyce Carol Oates

Le musée du Dr Moses

Editions Philippe Rey – 248 pages
Littérature américaine

Infusées de mystère et de suspense, ces dix nouvelles le sont tout autant de cette horreur tranquille que manie avec une éblouissante maîtrise Joyce Carol Oates dans nombre de ses récits «noirs».
Le décor est vite planté. Il est en général des plus ordinaires. L’atmosphère, apparemment celle de la banalité quotidienne, est distillée en quelques phrases innocentes. Mais soudain – un détail qui cloche, une expression un peu sibylline -, voilà que se répand en vous une vague inquiétude, lentement transformée en subtile terreur. Allez-vous abandonner votre lecture de peur de vous noyer dans l’horreur ?
Pas question. Car cette championne de la survie en eaux glauques qu’est Oates vous oblige à tourner avidement les pages.

MON AVIS :

Si les romans de Joyces Carol Oates nous réservent parfois de bonnes surprises, ses écrits sous forme de nouvelles, prennent une dimension encore plus forte. En effet, l’auteur distille au fil des pages des éléments de malaise qui instaurent dans ses écrits réalistes une once d’onirisme dérangeante et audacieuse.
Un recueil qui pose la normalité comme critère essentiel pour mieux s’en détacher et faire de chaque nouvelle une plongée cauchemardesque et visionnaire. Ici, c’est tout le talent de l’auteur qui s’exprime, se révèle à travers les ombres de personnages parfois terrifiants mais toujours terriblement humains. Un exercice de style, différent du roman, qui nous prouve qu’en quelques pages concentrées, l’auteur est capable du meilleur. A découvrir !

Elle était une bonne mère. Elle avait toujours été une bonne mère. Elle avait aimé son fils. Elle ne cesserait pas de l’aimer. Il n’y avait eu que ces quelques minutes de distraction. Quelques secondes !


Le premier choc : la chaleur.
Quand tu sors de ta voiture pour suivre l’allée dallée jusqu’à la porte d’entrée. Un mur de chaleur, des ondes de chaleur miroitantes et presque visibles fondent sur toi. « Oh ! Mon Dieu. » Quelques semaines passées à Denver, la Montagnarde, t’ont fait oublier à quoi ressemble une canicule dans cette ville du Midwest au niveau de la mer.


Et à cet instant-là la salle de l’Armory est silencieuse. Les visages, levés, sont immobiles et figés. Les lumières tournoient au-dessus de moi comme des oiseaux ivres. Devant mon oeil en sang, un halo de lumière rouge. Pas de douleur ! Plus jamais de douleur ! Juste ce silence étrange et merveilleux. Une énorme bulle noire qui grossit à éclater. C’est à ce moment-là que je suis mort, et j’étais heureux.

Challenge romancières américaines chez Miss G

Publicités

12 réflexions sur “Le musée du Dr Moses de Joyce Carol Oates

  1. Ton billet est sublimé par l’amour que l’on sent pour ces nouvelles et du coup, moi qui suis restée dur deux déceptions avec cette auteure, tu me donnes envier de m’y plonger ! 🙂 Merci Yuko pour cette tentation (mais ma LAL ne te remercie pas, elle !!!^^)…

    • 🙂 Le format court convient finalement bien à l’auteur. Elle a juste le temps de dépeindre la normalité avant que celle-ci ne se transforme. C’est aussi ça qui est effrayant, cette anormalité que l’on peut trouver dans la plus grande banalité. Je comprends qu’on ne soit pas toujours convaincu par les écrits de Oates, c’est aussi mon cas mais mes deux dernières lectures (celle-ci et Délicieuses pourritures) m’ont redonné envie de découvrir l’oeuvre si riche de l’auteure. Mais avant, je vais suivre ton conseil et découvrir Carole Martinez 🙂

    • Elle a fait des choses très diverses. certains qui m’ont plu, d’autres pas… mais il y a aussi du bon dans ses écrits. Ce recueil de nouvelles en est une illustration mais c’est également le cas du livre « Délicieuses pourritures » ou encore « Blonde » que j’avais beaucoup aimé. Tu les as lus ?

    • Ce peut être une bonne chose de commencer par des nouvelles… mais sinon, je te conseille « délicieuses pourritures », le roman contient tous les thèmes chers à l’auteur. On en rediscutera peut-être si tu le lis ^^

  2. Je crois que je te l’ai déjà dit mais je n’ai jamais rien lu de cette auteure. Comme je n’aime pas les nouvelles, ce n’est pas avec ce livre que je commencerai !

    • Peut-être que je pourrai te conseiller « délicieuses pourritures », je l’ai lu récemment, il brasse de nombreux thèmes chers à l’auteur 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s