Les suprêmes d’Edward Kelsey Moore

Les suprêmes

Editions Actes Sud – 316 pages
Littérature américaine

Elles se sont rencontrées à la fin des années 1960 et ne se sont plus quittées : tout le monde les appelle «les Suprêmes», en référence au célèbre groupe de chanteuses des seventies. L’intrépide Odette converse avec les fantômes et soigne son cancer à la marijuana sur les conseils avisés de sa défunte mère, tandis que la sage Clarice endure les frasques de son volage époux pour gagner sa part de ciel. Toutes deux ont pris sous leur aile Barbara Jean, éternelle bombe sexuelle que l’existence n’a cessé de meurtrir. Complices dans le bonheur comme dans l’adversité, ces trois irrésistibles quinquas afro-américaines se retrouvent tous les dimanches dans l’un des restaurants de leur petite ville de l’Indiana : entre commérages et confidences, rire et larmes, elles se gavent de poulet frit en élaborant leurs stratégies de survie.

MON AVIS :

Les suprêmes, trois quinquagénaires adorables au caractère bien trempé, nous entraînent dans leurs aventures décalées où se côtoient fantômes du passé, amitié indéfectible et amours contrariés. Une idée plutôt intéressante et des personnages attachants mais qui s’avère au final plutôt convenue. L’ensemble est plutôt lent, voire répétitif, même si quelques scènes peuvent faire sourire. Ce n’est au final pas le grand roman escompté, puisque, entre des situations parfois trop cocasses et un contexte plutôt fade et attendu, l’oeuvre d’Edward Kelsey Moore ne parvient jamais à trouver un équilibre salutaire. Une petite déception pour ce roman qui possédait pourtant un beau potentiel.

Clarice ne ferait jamais la moindre réflexion à Barbara Jean sur ses habitudes vestimentaires, et nous le savions toutes les deux. De la même manière, Clarice et Barbara Jean ne me diraient jamais en face que j’étais grosse, et nous ne rappellerions jamais à Clarice que son mari se tapait tout ce qui bougeait. Entre Suprêmes, nous nous traitions avec beaucoup de délicatesse.

Publicités

24 réflexions sur “Les suprêmes d’Edward Kelsey Moore

  1. Aie, c’est dommage. J’en avais entendu beaucoup de bien mais finalement je ne sais plus trop si j’ai toujours envie de le lire. Je me dis qu’à choisir, il vaut peut-être mieux lire La Couleur des sentiments… Bises et merci pour ton avis !

    • Justement, je n’ai pas lu La couleur des sentiments dont j’entends beaucoup de bien.. Selon certains lecteurs, celui-ci serait dans la même idée. Du coup, effectivement, j’aurai peut-être dû commencer par La couleur des sentiments. Belle lecture à toi.

      • Coucou yko,
        Ton avis me confirme ce que je pense du livre sans même l’avoir lu (je sais les a priori c’est moche, tout ça^^) : Un remake moins bien que la couleur des sentiments.
        Ca par contre tu peux soit regarder le film, soit le lire, c’est très beau.

      • Hello, on m’a effectivement beaucoup dit que le livre était un remake de la couleur des sentiments. Je ne pense pas le découvrir tout de suite après celui-ci mais si tu me dis qu’il vaut le détour, pourquoi pas.

  2. La couverture est jolie et j’aime beaucoup les histoires d’amitié. Je pense que je n’aurai pas le temps de le lire mais je me le note tout de même :).

  3. J’ai également beaucoup apprécié ce livre! Les métaphores sont toujours drôles et bien choisies et l’auteur nous plonge vraiment dans l’ambiance chaude et moite de Plainview… J’ai également apprécié découvrir au fur et à mesure les aventures des 3 suprêmes distillées au fil des pages! J’ai fait une chronique sur ce livre, si tu veux la retrouvez ça me ferai très plaisir 😉 https://thecosmicsam.wordpress.com/2015/08/18/mes-avis-lecture-2/

    • Je viendrai lire ta critique sans soucis, merci de me l’avoir transmise, c’est toujours sympa de confronter nos points de vue. Je t’avoue que je suis un peu nuancée sur ce livre dont j’attendais peut-être trop.. Tu as lu la couleur des sentiments ? Certaines lectrices font le parallèle avec ce film.

      • Oui j’ai également lu « La couleur des sentiments », que j’admet volontiers avoir préféré aux « Suprêmes », car il se passe plus de choses… Les Suprêmes est davantage descriptif et, selon moi, moins engagé politiquement sur la cause afro américaine. Toutefois, il est plutôt représentatif de la vie que mène ces femmes et on peut assez facilement le transposer à d’autres personnes et c’est ce que j’ai trouvé intéressant 🙂 Je trouve aussi que la plume de l’auteur très fluide et agréable à lire. (Mais j’avoue que ce n’est pas un livre que je relirai 100 fois haha)

      • Et non, je ne l’ai pas encore vu, j’aimerais mieux lire le livre avant 😉 Il faut donc que je me penche sur la question…

  4. Je l’ai lu et j’en ai pensé peu ou prou la même chose que toi. Ajoute à cela que je m’attendais à un livre du style « La couleur des sentiments » et j’ai été doublement déçue ! D’ailleurs, j’avais même oublié l’avoir lu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s