Les Hauts de Hurle-Vent d’Emily Brontë

Les Hauts de-Hurle-Vent

Editions Le livre de poche – 392 pages
Littérature britannique

Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l’ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance diabolique.

MON AVIS :

Authentique classique de la littérature britannique, Les Hauts de Hurle-Vent incarne le véritable amour torturé et absolu fait de désirs inassouvis et d’outrageuses trahisons. Une histoire d’amour légendaire, portée par l’écriture vive et dense d’Emily Brontë et qui esquisse, sans sentimentalisme ni effusions, la haine, la passion, la destruction et l’amour fusionnel.
Les personnages de l’oeuvre, dépeints avec réalisme, apparaissent d’une très grande noirceur. A la fois passionnés et destructeurs, ils entretiennent des rapports denses et, d’une très grande modernité. Ainsi, si l’oeuvre peut apparaître austère et sombre, ses sentiments universels et intemporels, l’inscrivent durablement au panthéon des grandes oeuvres. De celles qui ne nous quittent jamais tout à fait et qui, malgré des dialogues grandiloquents et une oeuvre parfois hermétique, marque les esprits par sa tragédie familiale d’une grande puissance narrative. Un véritable conte passionnel aux frontières de la folie pour une oeuvre qui n’a rien perdu de sa force évocatrice.

Ce serait me dégrader moi-même, maintenant, que d’épouser Heathcliff. Aussi ne saura-t-il jamais comme je l’aime ; et cela, non parce qu’il est beau, Nelly, mais parce qu’il est plus moi-même que je ne le suis. De quoi que soient faites nos âmes, la sienne et la mienne sont pareilles, et celle de Linton est aussi différente des nôtres qu’un rayon de lune d’un éclair ou que la gelée du feu.


Si c’était vrai, que m’importeraient alors Linton, et Hindley, et tous les rêves que j’ai pu faire ? deux mots résumeraient mon avenir : mort et enfer. L’existence, après que j’aurai perdu Catherine, serait pour moi l’enfer. Que j’ai été stupide de m’imaginer un moment qu’elle tenait à l’affection d’Edgard Linton plus qu’à la mienne ! Quand il l’aimerait de toutes les forces de son être chétif, il n’arriverait pas à l’aimer en quatre-vingts ans autant que moi en un jour. (…) Il n’est pas au pouvoir de Linton d’être aimé comme moi : comment pourrait-elle aimer en lui ce qu’il n’a pas ? »

Challenge au fil des saisons et des pages : 4/5

Publicités

26 réflexions sur “Les Hauts de Hurle-Vent d’Emily Brontë

    • J’espère t’avoir donné envoe de le lire ^^ Je t’avoue que j’ai tenté de le lire une première fois sans parvenir à le finir, je suis contente d’avoir réussi cette fois-ci et ne regrette pas ma lecture 😉 (Même si je garde une nette préférence pour Jane Eyre de Charlotte Brontë) J’ai la satisfaction d’avoir mu au moins un des livres de chaque soeur Brontë.

  1. Je n’ai toujours pas lu ce classique. Je ne sais pas pourquoi, mais comme Autant en emporte le vent, il fait partie de ces classiques qui m’intimident, qui me paraissent très opaques et difficiles à lire. Je m’y mettrai sûrement un jour, reste à trouver le bon moment 😉

    • Tu as tout résumé : il faut trouver le bon moment. Ca a été le cas pour moi avec Les hauts de Hurle-Vent. Je l’ai commencé une première fois mais ce n’était pas le bon moment… Je suis néanmoins contente aujourd’hui d’avoir lu ce livre. Pour Autant en emporte le vent, je m’y suis mise grâce à une LC. C’est un bon moyen 😉

    • Merci. J’ai trouvé l’écriture effectivement prenante mais quelle atmosphère lourde et austère. Cela dit, il faut du talent pour nous la faire ressentir ainsi.

  2. Coucou 🙂
    J’ai adoré ce classique et j’ai hâte de lire Jane Eyre 🙂
    Je t’ai taguée pour le liebster Award si cela te dit de le faire 🙂

    • Coucou, je ne peux que te conseiller de découvrir Jane Eyre qui est pour moi le meilleur roman des soeurs Brontë 🙂 Merci pour le tag, je vais de ce pas lire tes réponses.

    • J’ai pour ma part préféré Jane Eyre. La plume d’Emily Brontë m’est apparue de prime abord très austère. Il faut dépasser ce stade pour prendre pleinement conscience, au-delà de la noirceur des personnages, de leur étrange beauté.

      • J’ai justement moins aimé Jane Eyre. J’ai beaucoup aimé, même adoré, mais vers la fin j’ai trouvé que ça devenait long. Je garde néanmoins un très bon souvenir de cette lecture. 🙂

      • Je ne me souviens pas de longueur, juste l’impression de tourner et tourner encore les pages sans m’en rendre compte 😉

  3. Je l’ai lu ado. Puis je l’ai relu il y a quelques années. La seconde fois, je l’ai moins apprécié… tout en reconnaissant quand même la qualité de l’œuvre et sa très grande noirceur (qui peut déplaire mais qui me plait tout particulièrement à moi ^^). Je crois que mon adolescence m’avait laissé une vision très romantique des différents personnages… alors qu’en fait, ils sont tous plus ou moins antipathiques…

    • C’est ça, c’est vrai que les personnages ne sont pas très sympathiques…Ce qui est un vrai parti pris de l’auteure. Il fallait oser à l’époque où il a été écrit. Des personnages antipathiques et une ambiance austère…

  4. Je l’ai relu il y a quelques mois, j’ai vraiment été emballée ! Ce livre est beau, l’écriture magnifique et cette dramatique histoire d’amour glaçante mais je trouve que c’est un livre difficile … un bonheur qui se mérite !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s