Au-delà des montagnes de Jia Zhangke

Au-delà des montagnes

Film chinois – 2h06
Avec Avec Zhao Tao, Zhang Yi et Jing Dong Liang

Chine, fin 1999. Tao, une jeune fille de Fenyang est courtisée par ses deux amis d’enfance, Zang et Lianzi. Zang, propriétaire d’une station-service, se destine à un avenir prometteur tandis que Liang travaille dans une mine de charbon. Le cœur entre les deux hommes, Tao va devoir faire un choix qui scellera le reste de sa vie et de celle de son futur fils, Dollar.
Sur un quart de siècle, entre une Chine en profonde mutation et l’Australie comme promesse d’une vie meilleure, les espoirs, les amours et les désillusions de ces personnages face à leur destin.

MON AVIS :

Film monde, résolument axé sur le temps qui passe et les liens qu’il tisse, Au-delà des montagnes aurait pu être une simple chronique familiale, basée en Chine. Mais on s’aperçoit bien vite de la richesse que contient le récit : depuis les liens qui nous unissent, se tissent, se détendent, à ce qui nous reste de l’enfance en passant par la mélancolie douce des choix regrettés ou la certitude d’avoir fait le bon choix. Le film de Jia Zhangke nous parle doucement de son pays, en pleine mutation, et de ses contradictions. Une véritable vision du cinéaste qui, sous les traits d’une jeune femme, évoque les espoirs d’une génération tournée vers la mondialisation au risque de perdre sa propre identité. Celle-ci se rappelle néanmoins aux personnages par des sensations fugaces : une chanson populaire, un paysage ancré ou encore le goût d’un ravioli préparé traditionnellement. Déchiré entre deux hommes, Tao est aussi déchirée entre deux mondes et finalement entre deux conceptions de son rapport au temps et à son pays. Une chronique résolument humaine, portée par des comédiens au jeu toujours juste et humble, pour un film extrêmement dense aux thématiques multiples.

– Bande annonce

Publicités

20 réflexions sur “Au-delà des montagnes de Jia Zhangke

    • C’est un regard très nuancé parfois critique mais toujours respectueux du réalisateur son son propre pays. C’est vraiment intéressant. Bises

  1. Je l’ai vu il y a quelque temps. Personnellement j’ai été un peu déçue, je ne l’ai pas trouvé mauvais mais je m’attendais à plus au vu des excellentes critiques qu’il a reçu…

    • Tu n’es pas la première à me dire avoir été déçue par ce film. Certaines personnes autour de moi l’ont trouvé très (trop..) lent. A vrai dire, je ne m’attendais à rien donc j’ai été agréablement surprise.

      • Oui voilà je l’ai trouvé un peu lent et je m’attendais à un peu plus de « fulgurances » visuelles. Par contre j’ai trouvé la dernière scène assez belle 🙂

      • C’est vrai que j’avais lu tellement de belles critiques sur cette dernière scène que j’avais vraiment hâte de la voir ^^

  2. Hello !
    Je l’ai vu à Cannes et je l’avais trouvé long. J’avoue que ce que tu en ressors me fait me souvenir que c’était un bon film quand même :). Il faudrait que je regarde un autre de ses films qui est (je crois) A touch of sin. A ce qu’il parait, c’est une pépite =)

  3. Bonjour Yuko, je trouve que le film démarre bien avec les trois personnages puis le temps passant et le fait que le réalisateur se focalise sur le fils de Tao (très beau personnage féminin) et Zang dans le dernier tiers du film m’a assez frustrée car d’abord, on est vraiment dans la science-fiction, on n’est plus en Chine et quid du devenir de Lianzi et même de Tao n’a comme compagnon que son chien? Bonne journée.

    • Bonjour Dasola, tu n’es pas la première à me dire que la 3ème partie est plus faible. Je ne l’ai pas vu ainsi parce qu’on est dans une logique de continuité par rapport au personnage de Tao (très beau comme tu le dis en effet ^^), ici, on voit son fils et son évolution par rapport aux graine qu’elle a su faire germer dans son esprit. C’est aussi un personnage qui illustre une nouvelle façon de penser en Chine et une sorte de critique je trouve de la mondialisation recherchée par le père du fils de Tao. Ici, on revient à des valeurs peut-être plus essentielles. La solitude de Tao l’illustre aussi – elle qui est revenue dans son village est peut-être seule mais elle a gardé les vraies valeurs qui l’ont façonnée (cf la scène de la danse). Je ne sais pas si je suis très claire mais pour moi cette dernière partie est aussi forte parce qu’elle vient achever une réflexion commencée dans la première partie à travers la rencontre de ces 3 personnages principaux. Bonne journée à toi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s