A la table des hommes de Sylvie Germain

Mise en page 1
Editions Albin Michel – 264 pages

Littérature française

Son obscure naissance au cœur d’une forêt en pleine guerre civile a fait de lui un enfant sauvage qui ne connaît rien des conduites humaines. S’il découvre peu à peu leur complexité, à commencer par celle du langage, il garde toujours en lui un lien intime et pénétrant avec la nature et l’espèce animale, dont une corneille qui l’accompagne depuis l’origine.

MON AVIS :

Voici une oeuvre singulière qui tient presque davantage de l’expérience sensorielle que de la lecture romanesque. L’auteur nous propose en effet de pénétrer l’univers du vivant, d’en comprendre ce qui en fait une partie de l’univers d’égale importance, de partir à la rencontre de l’Humanité. A la fois conte initiatique et témoignage du vivant, A la table des hommes évoque les points communs que nous partageons avec les animaux, les forces et les faiblesses qui nous habitent, la notion d’animalité et de sauvagerie.
Car c’est bien ce sujet qui est au coeur du roman : qui de l’homme ou de l’animal peut se définir comme l’être le plus sauvage ?
Babel, petit cochon devenu petit garçon, s’affirme par le langage dans un univers pourtant violent et emplit d’une colère sans cause. De la guerre, à la révolte, de la prise de position à l’acte terroriste, Sylvie Germain tisse un roman complexe sur ce qui fait de nous des hommes et sur ce qui nous distingue des animaux : la langue ? La religion ? Les croyances ? L’attachement ?
Autant de thèmes, portés par une écriture fine et délicate, qui font de ce roman à la fois un poème, un conte et un témoignage. Celui de la fragilité des liens, de leur nécessaire existence et de l’interaction salutaire entre tous les êtres vivants. Une oeuvre singulière d’une grande profondeur. A découvrir.

Il se tient de plain-pied avec la vie, avec le monde, sans leur demander de comptes, sans rien attendre de plus que ce qu’il en reçoit. Il entretient avec les bêtes une complicité tacite, et partage avec une corneille une amitié plus intime qu’avec quiconque. Il donne l’impression d’habiter le temps comme une demeure paisible, ou plutôt de le traverser à la façon d’un animal parti en transhumance et qui parcourt de longs espaces à pas pesés et cadencés, sans se soucier de la duré du trajet ni des difficultés qu’il risque d’avoir à affronter en chemin, mais en jouissant de chaque instant. Une jouissance placide, de basse et continue intensité que des imprévus malencontreux peuvent perturber, certes, parfois mettre rudement à l’épreuve, mais non l’anéantir.


Rufus lui a alors demandé ce qu’il avait appris de son oiseau au sujet de ses origines. Babel, après un temps de réflexion, a donné une réponse concise et assurée qui a laissé son interlocuteur encore plus déconcerté : « J’ai appris que nous avons la même origine, nous, les vivants, tous les vivants. La terre, les éléments.

Challenge au fil des saisons et des pages : 4/5

Publicités

24 réflexions sur “A la table des hommes de Sylvie Germain

  1. Il y a un côté anthropologique à cette histoire, non?
    Par curiosité, as-tu lu « Pourquoi j’ai mangé mon père »?
    Bisous Yuko! Bon vendredi et bon week-end!

  2. J’ai quasiment tout lu de Sylvie Germain, j’avais fait un mémoire sur elle ^^ du coup, très attirée par ce nouveau titre et je pense le lire prochainement, obligée 😉

    • Tu as tout aimé de l’auteur ? Moi, je t’avoue avoir commencé par « Petites scènes capitales » et ne pas avoir accroché du tout. « A la table des hommes » était un peu ma deuxième chance avec l’auteur, mais je ne regrette pas 🙂

  3. Ce n’est pas mon préféré de Sylvie Germain à ce jour mais je l’ai beaucoup apprécié malgré tout. Quel délice que ce réalisme magique !

    • Oui, c’est très surprenant ! Et l’écriture est très belle. Lequel me conseillerais-tu pour continuer ma découverte de l’auteur ?

  4. Sylvie Germain est venue présenter son livre chez « mon » libraire mais le côté un peu trop « conte sensoriel » m’a fait peur. J’ai peut-être eu tort mais ce n’était pas le bon moment !

  5. Je viens de lire les commentaires précédents et par contre, les libraires m’ont conseillé de lire Magnus … il est dans ma PAL !

    • Il faut que je vérifie mais il me semble que moi aussi… Il faut que je me penche sur la question 😉 on en reparlera très vite ^^ bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s