Vous n’aurez pas ma haine d’Antoine Leiris

Vous n'aurez pas ma haine

Editions Fayard – 140 pages
Littérature française

Antoine Leiris a perdu sa femme, Hélène Muyal-Leiris, le 13 novembre dernier assassinée au Bataclan. Alors que le pays était endeuillé, à la recherche de mots pour dire l’horreur, il publiait sur les réseaux sociaux une lettre destinée aux terroristes intitulée Vous n’aurez pas ma haine. Dans celle-ci, il promettait à ces « âmes mortes » de ne pas leur accorder sa haine ni celle de leur fils de dix-sept mois, Melvil. Son message fait le tour du monde. Accablé par la perte, Antoine Leiris, journaliste de 34 ans, n’a qu’une arme : sa plume. L’horreur, le manque et le deuil ont bouleversé sa vie. Mais, à l’image de la lueur d’espoir et de douceur que fut sa lettre, il nous dit que malgré tout, la vie doit continuer. C’est ce quotidien, meurtri mais tendre, entre un père et son fils, qu’il nous offre dans ce témoignage poignant.

MON AVIS :

On ouvre ce livre avec un peu de curiosité, un étonnement mêlé à une attente : peut-être celle de comprendre, en tout cas approcher, le vécu, la faille, le courage, la tendresse infinie. Et puis, on se surprend à entendre, vraiment, les battements de deux coeurs meurtris par l’absence, la crainte de l’après, la peur de ne pas y arriver. On ressent aussi l’amour, cette force qui transcende, dépasse, s’impose. Antoine Leiris raconte ici, l’après Hélène. Son lien renforcé avec son fils, leur monde à trois, à deux, lumineux et sincère. Si la tristesse accompagne parfois les mots de ce livre, c’est avant tout la force d’avancer et de ne pas sombrer qui s’impose. Une écriture simple, nécessaire et sincère, qui font de cette oeuvre un moment suspendu, aux côtés de ces deux êtres et des victimes plus généralement. Une oeuvre poignante mais d’une grande force d’intelligence. La douleur ne romps pas le lien ni l’esprit critique mais rend son auteur à l’essentiel de sa vie et de son futur. Un monde sans lune mais où tente de percer malgré tout un timide rayon de soleil.

Peu de gens comprennent que je passe si vite sur les conditions dans lesquelles Hélène a été tuée. On me demande si j’ai oublié ou pardonné. Je ne pardonne rien, je n’oublie rien, je ne passe sur rien et surtout pas si vite. Lorsque chacun sera retourné à sa vie, nous vivrons toujours avec. Cette histoire, ce sera notre histoire. La refuser serait se renier.


Nous ne reviendrons jamais à notre vie d’avant. Mais nous ne construirons pas une vie contre eux. Nous avancerons dans notre vie à nous.


Il a fallu aller vite. Je suis celui qui aime Hélène, et non celui qui l’a aimée. Avant que la mort ne tombe définitivement le rideau sur celui que j’étais, sans rappel, je suis encore ce grand naïf que l’espoir empêche de tomber. Qui sait seulement ce que je deviendrai demain lorsque mon chagrin m’aura laissé tomber ?

Publicités

20 réflexions sur “Vous n’aurez pas ma haine d’Antoine Leiris

  1. Ce n’est pas la première fois que tu nous proposes des livres qui racontent des évènements tragiques de la vie… et j’avoue que, même avec des critiques très positives et des extraits prenants, je ne me décide pas à rentrer dedans… un peu (beaucoup) peur que ces histoires me bouleversent, je pense.

    • Comme je te comprends. On entre dans ce genre de lecture à petits pas, avec hésitation. Peut-être par crainte d’un certain voyeurisme ; et puis il y a cette volonté de comprendre, d’écouter. C’est ce que nous faisons en tant que lecteur, comprendre, ou du moins essayer, parce que ces auteurs ont des choses à nous dire. C’est une vraie rencontre entre des auteurs qui ont le besoin de raconter, et nous qui sommes là pour écouter.

    • Oui, en tout cas, Antoine Leiris a fait le choix de ne pas s’enfermer dans la colère et au contraire, de rester ouvert, notamment pour son fils. C’est ce qui étonne aussi dans ce livre.

  2. J’ai beaucoup hésité avant de lire ce livre. finalement, j’ai laissé tomber … si je t’écoute, je n’aurais pas du …
    Bises Yuko et bon WE
    PS : j’ai ENFIN lu Isabelle Bruges et voilà le seul mot qui me vient : MERCI !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s