Alice et les orties de Julie Bonnie

alice-et-les-orties
Editions Grasset – 156 pages

Littérature française

Parce que le silence tue, que la honte étouffe, Alice se met en quête des mots pour écrire son récit puis l’évincer une fois pour toutes de sa vie. Sur son chemin, on croise des montres, des morts, des personnages loufoques. Tous vont l’aider à comprendre enfin ce qui lui est arrivé. Pour raconter l’indicible, un conte poétique, magique et tendre.

MON AVIS :

Ça commence comme un conte coloré, comme un Alice au pays des merveilles… Pour mieux s’estomper dans les méandres nostalgiques du souvenir. Celui douloureux, enfouit et inaccessible qu’il faut pourtant faire ressurgir pour survivre. C’est cette expérience personnelle et intime que nous invite à vivre Julie Bonnie. Une plongée à coeur ouvert dans l’expérience douloureuse du souvenir, dans la tendresse impalpable teintée de drame inavoué.
L’écriture de Julie Bonnie est comme toujours riche, pleine, entière. Une invitation à la quête des mots et à celle des sens. Partagée entre douleur et libération, Alice pourrait incarner l’écrivain à la recherche d’inspiration, celle qui donne un nouveau souffle à sa vie et un nouveau départ à ses pensées. Le processus narratif est intéressant et témoigne de la maîtrise de l’auteure qui trouve des mots sur les blessures cachées et en fait, sous les belles illustrations de Robin Feix, un conte pour adulte, dérangeant, délicat et poétique.

-Tu vas écrire ton histoire, sans mentir, sans t’apitoyer, sans te détester. Puis tu vas la brûler. Attention, si tu ne la racontes pas bien, ou si tu oublies, ou si tu inventes, le sortilège ne fonctionnera pas, et tu mourras. Tu possèdes une seule et unique chance.


L’histoire m’attaquait à tout moment : avant de m’endormir, ou quand les enfants me picoraient de leurs minuscules paroles aiguës, dans la forêt froide, ou lorsque je m’étalais sur l’herbe, exposée aux rayons du soleil. Des couleurs surgissaient, des odeurs de spectres, des atmosphères : du fin fond des souvenirs, l’histoire me griffait, enfouie depuis si longtemps, en giclée de sang, coups de marteau qui brisent les os, arrachage d’ongles et de langue, douleur et pétrification.

Challenge au fil des saisons et des pages (hiver) : 4/5

-Vous pouvez retrouver mes avis sur les autres livres de Julie Bonnie :
Chambre 2
-& Mon amour,

Un grand merci à l’auteure et aux éditions Grasset pour la découverte de ce roman !

Publicités

2 réflexions sur “Alice et les orties de Julie Bonnie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s