En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut

en-attendant-bojangles
Editions Finitude – 160 pages

Littérature française

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur « Mr. Bojangles » de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.
Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.
L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.

MON AVIS :

Chronique audacieuse sur la folie douce, En attendant Bojangles est un récit doux-amer, empreint de tendresse et de curiosités. L’amour fou d’un homme pour une femme, sa différence, la singularité de leur vie, font de ce roman une jolie découverte. Entre humour et désespoir, les sujets graves s’habillent d’un ton léger et se parent d’une joviale extravagance.
Un récit sincère aux phrases musicales qui allie avec tendresse, destins brisés, personnages fantasques et héritage fantaisiste. Malgré une fin plus attendue, les personnages conservent une candeur bienvenue et une bienveillance libératoire, qui irrigue l’intégralité du récit.
Une oeuvre atypique et exotique où la folie-douce côtoie la tendresse noble. Un premier roman prometteur, pour un auteur à suivre.

Je voyais bien qu’elle n’avait pas toute sa tête, que se yeux verts délirants cachaient des failles secrètes, que ses joues enfantines, légèrement rebondies, dissimulaient un passé d’adolescente meurtrie, que cette belle jeune femme, apparemment drôle et épanouie, devait avoir vue sa vie passée bousculée et tabassée. Je m’étais dit que c’était pour ça qu’elle dansait follement, pour oublier ses tourments, tout simplement.


Maman me racontait souvent l’histoire de Mister Bojangles. Son histoire était comme sa musique : belle, dansante et mélancolique. C’est pour ça que mes parents aimaient les slows avec Monsieur Bojangles, c’était une musique pour les sentiments.


Tu sais, fiston, Suzon a beaucoup d’imagination, elle joue avec tout, même avec sa filiation, mais dans l’arbre, ta Maman, ce sont les racines, les feuilles, les branches et la tête en même temps, et nous, nous sommes les jardiniers, nous allons faire en sorte que l’arbre tienne debout et qu’il ne finisse pas déraciné, lui avais-je répondu par une métaphore confuse enroulée dans un enthousiasme forcé, tandis qu’il acceptait dubitativement sa mission sans la comprendre vraiment.

Publicités

18 réflexions sur “En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut

  1. Je sais que je suis à contre-courant de la plupart des avis sur ce roman qui, pour moi, s’est essoufflé très vite. Je n’ai pas compris l’engouement qu’il a suscité ; ce n’était peut-être pas le bon moment pour moi de lire ce livre ?

    • Qui sait ou alors tu n’es pas le bon public pour ce livre c’est tout. C’est bien au contraire d’avoir des avis divergents. Comme je l’indique dans la critique, j’avoue que la fin m’est apparue plus convenue et attendue… mais dans l’ensemble, j’ai passé un bon moment avec ce roman qui ne l’oublions pas est un premier roman.

  2. Il me fait de l’oeil depuis que je lis toutes les jolies chroniques sur ce roman. J’ai bien envie de le découvrir ! Bisous Yuko, je te souhaite un bon mois de février même s’il est déjà bien entamé.

  3. Bonsoir Yuko, je n’ai pas été très convaincue par ce roman surtout quand le récit se passe dans l’asile psychiatrique. Mais vu les éloges à son propos, je me tais… Bonne soirée.

    • Bonsoir Dasola, mais non au contraire, je suis contente de lire ton avis ! Je suis curieuse de mieux comprendre ce qui t’a dérangé dans le passage que tu cites. Bonne soirée également et à bientôt !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s