David Lynch : The art life de Olivia Neergaard-Holm, Jon Nguyen et Rick Barnes

david-lynch-the-art-life
Documentaire américain – 1h24
Avec David Lynch

Le film documentaire David Lynch : The Art Life est un portrait inédit de l’un des cinéastes les plus énigmatiques de sa génération. De son enfance idyllique dans une petite ville d’Amérique aux rues sombres de Philadelphie, David Lynch nous entraîne dans un voyage intime rythmé par le récit hypnotique qu’il fait de ses jeunes années. En associant les œuvres plastiques et musicales de David Lynch à ses expériences marquantes, le film lève le voile sur les zones inexplorées d’un univers de création totale.

MON AVIS :

David Lynch : The art life est avant tout une invitation – pénétrer l’univers très personnel d’un artiste accompli, à la fois peintre, musicien et cinéaste reconnu, hanté par des rêves torturés et par des idées obsédantes et d’une discrétion inversement proportionnelle à l’ampleur de son oeuvre.
Tout dans ce documentaire rappelle combien David Lynch est atypique et son univers foisonnant. La forme classique du documentaire convient étonnamment bien à l’univers de l’artiste et à ses idées débordantes. Une oeuvre au charme discret, qui dissèque le processus créatif de Lynch pour en savourer la pulpe consciencieuse. Le récit est délicat et pudique, toujours respectueux de celui qui ne se confie que rarement et dépourvu de jugement et de réelles explications sur ses oeuvres. Un récit précieux, véritable hommage à l’univers de l’artiste, à ses inspirations enfantines et à ses oeuvres titanesques. Même si le documentaire reste clairsemé de mystères, il est une oeuvre indispensable aux fans qui y décèleront l’homme derrière l’artiste et l’enfant derrière la folie créatrice. Un documentaire qui reste néanmoins obscur à bien des égards, ce qui l’entoure d’un charme singulier. A réserver aux connaisseurs de l’univers de Lynch qui apprécieront d’entendre la voix de l’artiste derrière son oeuvre.

-Bande annonce

Publicités

12 réflexions sur “David Lynch : The art life de Olivia Neergaard-Holm, Jon Nguyen et Rick Barnes

      • INLAND EMPIRE reste pour moi aussi un assez mauvais souvenir (il faudrait peut-être que je le revoie, mais je n’arrive pas à me décider) tout comme Dune qui est pour moi son pire film. Mais il y a tous les autres dont Mulholland drive, Lost Highway ET twin Peaks (dont Fire walk with me) qui restent pour moi des références !!

      • Je crois qu’à cause de ce Inland Empire ( je suis partie au bout d’une heure de film ), je n’en ai vu aucun autre. Il faut que je me penche sur sa filmo !

      • Ah oui, je comprends. C’est vraiment dommage de commencer par son dernier. Il a aussi fait des films moins obscurs, disons plus accessibles comme « Elephant man » ou « une histoire vraie ». Pour ses autres films, il faut savoir que certains thèmes chers au réalisateur reviennent et que chaque film même s’il parait incompréhensible la première fois a en réalité une clé de compréhension.

    • J’ai pensé à toi en écrivant mon article ! Je me doutais que tu voudrais le voir ^^ Je ne peux que te conseiller de le visionner même si ce le documentaire n’est quasiment pas axé sur l’oeuvre cinématographique de Lynch.

      • Non plus, il parle surtout de comment il en est arrivé à devenir artiste depuis l’enfance, quels étaient ses rapports avec les membres de sa famille. Et point de vue artistique c’est très axé sur sa peinture qui le mène vers le cinéma (mais le film n’évoque que ses premiers pas dans le cinéma – court avec The alphabet par exemple et long avec Eraserhead) 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s