Le sabotage amoureux d’Amélie Nothomb


Editions Le livre de Poche – 124 pages

Littérature belge

Saviez-vous qu’un pays communiste, c’est un pays où il y a des ventilateurs? Que de 1972 à 1975, une guerre mondiale a fait rage dans la cité-ghetto de San Li Tun, à Pékin ? Qu’un vélo est en réalité un cheval ? Que passé la puberté, tout le reste n’est qu’un épilogue? Vous l’apprendrez et bien d’autres choses encore dans ce roman inclassable, épique et drôle, fantastique et tragique, qui nous conte aussi une histoire d’amour authentique, absolu, celui qui peut naître dans un cœur de sept ans. Un sabotage amoureux : sabotage, comme sous les sabots d’un cheval qui est un vélo…

MON AVIS :

Deuxième roman d’Amélie Nothomb, Le sabotage amoureux évoque, en quelques pages, les ravages du sentiment amoureux, la déconstruction de soi et l’apprentissage des règles de l’amour non réciproque. Un récit sous forme de quête enfantine, où se côtoient guerre, victoires, armistices et désillusions. Une métaphore de l’amour violente, toujours entre perte de soi et découverte de l’autre. Un récit d’amour et de guerre qui ne parvient cependant jamais à convaincre parfaitement. Une oeuvre trop courte qui développe parfois à outrance certains passages secondaires (la guerre entre enfants expatriés par exemple) sans jamais parvenir à rendre réellement attachants ses personnages.
Une découverte en demi-teinte pour ce petit récit au vocabulaire recherché qui manque parfois de profondeur.

Je l’ai aimée dès la première seconde. Comment expliquer de telles choses ? Je n’avais jamais pensé à aimer qui que ce fût. Je n’avais songé que la beauté de quelqu’un pût susciter un sentiment. Pourtant tout s’était enclenché à l’instant où je l’avais vue, avec una autorité sans faille : elle était la plus belle, donc je l’aimais, donc elle devenait le centre du monde.

Challenge nettoyage de printemps

Publicités

22 réflexions sur “Le sabotage amoureux d’Amélie Nothomb

  1. Pour moi cette auteure a toujours des thèmes intéressants mais rarement des récits qui me convainquent… Ils m’en restent certains dans ma pal que j’ai pris le risque d’intégrer malgré tout, mais je ne suis jamais très optimiste sur le résultat. Dommage !

    • Certains de ses thèmes sont joliment développés mais il est vrai que pour l’instant, beaucoup d’autres me laissent sur ma faim. Comme toi, j’ai encore certains de ses livres dans ma PAL mais j’ai cessé d’en acheter…

  2. Ah mince, dommage que tu en sois sortie mitigée. Je l’ai adoré, littéralement, ce devait être mon premier Nothomb et j’en adoré l’originalité et le ton ! Je le relirais bien pour voir ce que j’en penserais aujourd’hui.

    • Je reconnais volontiers qu’il y a de l’idée mais je suis restée un peu trop en surface à mon goût. Le livre est court et on n’a pas vraiment le temps de s’attacher aux personnages que je trouve insuffisamment développés. J’ai pour ma part préféré Les combustibles. Tu l’as lu ?

      • Non , il ne me semle pas avoir lu celui-ci. J’ai eu ma période Nothomb il y a bien 10-12 ans , et me souviens moyennement des titres, mais « Métaphysique des tubes » m’avait marquée aussi.

      • Je t’avoue que je ne me souviens pas bien de ses romans moi non plus… Je ne suis d’ailleurs pas sûre d’avoir lu Métaphysique des tubes… Il faudrait que je vérifie 😉

  3. J’ai lu pas mal de romans de cette auteure, mais pas celui-ci. J’ai eu avec elle de très belles découvertes, et d’autres franchement moins « emballantes ». Vu ce que tu dis de ce livre en particulier, je pense qu’il entrerait dans la deuxième catégorie. Donc je vais m’abstenir. J’avais bien aimé les Catilinaires en revanche. 😉

  4. Coucou,
    Personnellement, j’avais beaucoup aimé mais je l’ai lu il y a longtemps alors j’en garde un bons souvenir mais pas tellement plus^^
    Des bisous 🙂

    • Tu n’es pas la première à me dire ça. J’ai l’impression que les romans d’Amélie Nothomb, ça passe ou ça casse, non ? Ca dépend beaucoup de l’état d’esprit (ou du moment) dans lequel on lit son roman peut-être…

  5. J’ai lu celui-ci il y a fort longtemps mais alors impossible de m’en souvenir !
    Fut un temps j’ai dévoré ses romans, entre 15 et 16 ans. Et du jour au lendemain j’ai arrêté, et je n’ai jamais eu envie de reprendre. Je me sens à présent trop éloignée de son univers, elle a fini par se caricaturer elle-même et en devient ridicule… Et puis j’en ai marre de ses couvertures où elle se représente elle-même !

    • J’avoue que les derniers livres que j’ai lu d’elle m’ont laissé sur ma faim… Je comprends que l’idée de départ soit attrayante mais je suis de moins en moins intéressée par le contenu des romans. Je n’ai peut-être pas lus les bons…

    • J’avoue que je suis comme toi, et ce n’est pas faute d’avoir essayé plusieurs de ses romans. Il m’en reste quelques uns dans ma PAL mais je n’en achète plus, même d’occasion…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s