Lettre à Laurence de Jacques de Bourbon Busset


Editions Folio – 120 pages
Littérature française

Un amour conjugal exceptionnel, assumé mentalement, intellectuellement, sensuellement dans les bonheurs et les difficultés, telle fut la raison de vivre de l’auteur.S’il s’adresse ici à sa femme disparue, c’est que la mort est impuissante à troubler la véritable mystique de l’alliance que le couple a su créer au jour le jour pendant quarante ans de vie commune.Dans cette lettre bouleversante de simplicité, Bourbon Busset parle intimement à Laurence. Leurs défis et leurs triomphes à travers le temps, l’obstination courageuse et gaie qu’ils ont mise à construire leur union, tout cela finit par dessiner l’infini d’un visage, celui de la femme qu’il avait tendrement surnommée le Lion.

MON AVIS :

Avec tendresse, respect et admiration, Jacques de Bourbon Busset nous parle de sa femme, cet autre qui l’habite et ne le quitte pas même par-delà la mort. Celle qui, à travers son regard confiant et sa calme assurance aura su rassurer son coeur épris de liberté et gagner sa confiance timorée. Une connivence intellectuelle assumée, une alliance naturelle du couple sans sacrifier l’individualité, une délicate intimité, qu’évoque l’auteur avec beaucoup de mesure et d’intensité.
A travers une écriture plutôt recherchée, cette Lettre à Laurence n’est jamais aussi belle que quand elle évoque son sujet, son charme, ses failles, sa tendresse incarnée, son âme intrépide. Malgré quelques passages plus centrés sur l’auteur moins intéressants, la figure de la femme aimée reprend vite corps et irrigue avec force ce récit de la perte et de l’absence. Un hymne à la vie et à l’amour, parfois très intellectualisé mais où transparait une sincérité touchante.

Il fallait ta mort pour que certaines choses pussent être écrites. Souvent, tu me l’avais dit. J’avais protesté, tout en te donnant secrètement raison.
Désormais, nous sommes tout le temps ensemble. C’était ton rêve. Il est accompli. Il m’a fallu du temps et du courage pour le comprendre. Maintenant encore, par moments, je lâche pied. Tu es là et tu m’aides. Je ne veux pas te décevoir. J’essaie de me montrer digne de ton âme intrépide. »


J’ai entendu battre dans ton âme la passion de l’absolu et j’ai compris que jamais je n’écouterais aucune musique plus intense que celle-là.


Je n’inventerai pas tes réponses. Elles sont inscrites en moi. Tu es devenue plus moi que moi-même. Tu es à jamais la meilleure partie de moi-même.


La tendresse illimitée que j’ai pour toi, je la reporte sur ceux qui m’entourent. Il me semble qu’ainsi je te reste fidèle. Tu m’as agrandi le coeur et je crois qu’il ne se rétrécira plus.

Publicités

6 réflexions sur “Lettre à Laurence de Jacques de Bourbon Busset

  1. Ce texte a vraiment l’air très beau et émouvant. Je n’avais jamais entendu parler de ce livre auparavant. Je vais peut-être le rajouter à ma wish list. Merci pour la découverte en tout cas. 😉 Bonne journée.

    • Avec plaisir ! Merci pour ton message ici. C’est effectivement un livre très poétique et basé sur des faits réels, ça le rend encore plus émouvant. Bonne soirée à toi et à bientôt peut-être 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s