La dame du manoir de Wildfell Hall d’Anne Brontë


Editions Archipoche – 564 pages
Littérature britannique

L’arrivée de Mrs Helen Graham, la nouvelle locataire du manoir de Wildfell, bouleverse la vie de Gilbert Markham, jeune cultivateur.
Qui est cette mystérieuse artiste, qui se dit veuve et vit seule avec son jeune fils ? Quel lourd secret cache-t-elle ? Sa venue alimente les rumeurs des villageois et ne laisse pas Gilbert insensible. Cependant, la famille de ce dernier désapprouve leur union et lui-même commence à douter de Mrs Graham… Quel drame s’obstine-t-elle à lui cacher ?

MON AVIS :

Après avoir publié Agnès Grey, Anne Brontë revient avec un roman sobre et intense d’une grande modernité. La dame du manoir de Wildfell Hall évoque de nombreux thèmes, souvent actuels : les erreurs de jeunesse, la droiture d’une conduite, l’absurdité et la terreur de certaines situations matrimoniales, la puissance de l’engagement. Une oeuvre forte et féministe, en ce qu’elle conte le combat d’une femme prisonnière des moeurs de son époque, des préjugés de sa société et de l’enseignement religieux, qui cherche à s’en extraire. La dame du manoir de Wildfell Hall est aussi un roman qui évoque le pêché d’orgueil mais aussi celui de l’acceptation des sentiments et la recherche de la liberté. Autant de thèmes, traités à travers des sentiments d’une grande puissance morale et des personnages savamment travaillés. Helen, femme de conviction, aveuglée par l’orgueil et l’amour, Gilbert, blessé par ses préjugés et la recherche du bonheur, parviendront-ils à passer outre leurs différences pour être heureux ?
Une oeuvre riche, intéressante à bien des égards et d’une grande lucidité, notamment sur la condition des femmes dans la société victorienne, et qui a eu le mérite de me réconcilier avec les oeuvres d’Anne Brontë.

Elle se sentait revivre ; moi aussi d’ailleurs, une sorte de chatouillement agréable me parcourait tout entier, mais je n’osais afficher mon plaisir alors qu’elle demeurait si calme. Mais elle ne pouvait dissimuler son plaisir tout à fait et je surpris son exaltation lorsque son regard intelligent croisa le mien. Elle n’avait jamais été plus jolie, et mon coeur s’attachait de plus en plus.

Publicités

14 réflexions sur “La dame du manoir de Wildfell Hall d’Anne Brontë

  1. Oh un classique de temps en temps … c’était il y a bien longtemps et ton billet sonne comme un rappel à l’ordre ! Je note celui là mais surtout Jane Eyre lu il y a des années et qui est un de mes préférés ! Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s