American Gods de Neil Gaiman


Editions J’ai lu – 604 pages
Littérature britannique

Dans le vol qui l’emmène à l’enterrement de sa femme tant aimée, Ombre rencontre Voyageur, un intrigant personnage. Dieu antique, comme le suggèrent ses énigmes, fou, ou bien simple arnaqueur ? Et en quoi consiste réellement le travail qu’il lui propose ? En acceptant finalement d’entrer à son service, Ombre va se retrouver plongé au sein d’un conflit qui le dépasse : celui qui oppose héros mythologiques de l’ancien monde et nouvelles idoles profanes de l’Amérique. Mais comment savoir qui tire réellement les ficelles : ces entités légendaires saxonnes issues de l’aube des temps, ou les puissances du consumérisme et de la technologie ? A moins que ce ne soit ce mystérieux M. Monde…

MON AVIS :

Oeuvre fantasy, American Gods raconte comment les anciens dieux tentent de survivre face aux nouveaux. De leur arrivée dans le nouveau monde à leur quasi-extinction, de la foi à l’absence de croyances, American Gods dresse le portrait d’une Amérique en proie à la déshérence et à l’absence de repères. Une quête aussi initiatique que symbolique qui interroge sur la puissance des croyances et les nouvelles idoles du monde contemporain.
American Gods est un récit foisonnant, parfois un peu obscur et dense, aux références nombreuses et souvent peu explicites qui nous plonge au coeur des mythes et des légendes créatrices. Une très belle idée de départ que desservent parfois quelques longueurs mais qui s’avère tout de même intéressant, tant du point de vue de l’entretien des mythes que sur l’ambivalence que cultivent les divinités, entités aux desseins parfois obscurs et égoïstes. Une jolie découverte, adaptée depuis en série par Jesse Alexander et Michael Green (2017).

« Tu es des nôtres, répondit le borgne. Tu es aussi oubliée, aussi obscure, aussi privée d’amour que n’importe lequel d’entre nous. Le camps auquel tu appartiens ne fait aucun doute ».


C’est sans importance. Comme disaient les journaux : quand la légende est plus belle que la réalité, il faut imprimer la légende. Ce pays a besoin de légendes, mais même les légendes n’en sont plus convaincues.
-Vous, vous en êtes conscient.
-Je suis un has-been. Personne n’en a rien à foutre de moi.
-Vous êtes un dieu », dit Ombre doucement.

Publicités

28 réflexions sur “American Gods de Neil Gaiman

  1. Celui-là ça fait un moment que j’aimerais le lire, ça à l’air d’être une belle métaphore de notre société. En plus je n’ai jamais lu de Neil Gaiman!

    • C’est une belle occasion pour découvrir la plume de l’auteur. Après, je te ne cache pas que son oeuvre est très dense et trèèèèès riche, notamment en références (il m’a manqué quelques clés à vrai dire…) tout comme son écriture. L’ensemble donne un livre atypique qu’il faut découvrir avec l’envie de s’y plonger 😉

  2. ça fait longtemps que je n’ai plus lu Gaiman… tu me donnes envie et, maintenant que ma fille est bonne lectrice, je pourrais lui passer! Elle pourra passer outre des références?

    • Cela dépend certainement de ses goûts. Je t’avoue qu’il m’ a personnellement manqué » des clés et que l’ensemble est quand même bien « barré », mais ça change vraiment de ce qu’on a l’habitude de lire et en fantasy, ça fait plaisir de lire un bon Gaiman 😉 Bonne soirée !

  3. Je ne sais pas si le roman est comme l’adaptation en série, mais j’ai trouvé que l’histoire mettait vraiment longtemps à se dévoiler et les enjeux à se mettre en place.

    • La série a été une petite déception de ce point de vue là… Surtout parce qu’on voit bien que tout se précipite dans le dernier épisode et que certaines scènes répétitives (inutiles et inexistantes dans le livre) m’ont un peu gâché le plaisir. C’est dommage parce que le livre regorge d’idées super 🙂

    • Il est tout aussi « particulier », même s’il n’est pas tout à fait identique à la série (elle prend quelques libertés même si elle respecte globalement l’idée du roman…). J’ai vu la série après mais j’avoue avoir été davantage déçue par cette dernière… Du coup, je pense m’arrêter à la saison 1 😦

    • Je l’ai terminé et je suis un peu de ton avis. Je ferais une chronique d’ici peu. Pour revenir à notre discussion, c’est d’abord les images de la série que j’avais en tête et cela m’a énormément gêné, impossible de m’en défaire. De plus, j’ai trouvé la lecture assez longue et un peu laborieuse. L’idée de départ est excellente mais risquée pour un auteur, Gaiman s’en tire très bien car il ne dit pas tous les tenants et les aboutissants de son univers.
      j’ai cependant beaucoup aimé l’originalité du roman et j’ai très envie d’en découvrir plus sur Gaiman.

      • C’est toujours un peu le souci quand on voit les film/série avant de lire le livre. Cela dit l’inverse est également vrai (je suis en train de lire Harold et Maude après avoir beaucoup aimé le film… (le livre a été écrit après) et même si on retrouve bien l’ambiance, je n’arrive pas à me départir ds images du film et du coup, me demande un peu pourquoi écrire un roman…) pour en revenir à American Gods, je pense que c’était un projet très ambitieux, une sorte d’histoire monde… Où il m’a clairement manqué des clés pour apprécier l’histoire au mieux. De Gaiman j’avais lu neverwhere qui était pas mal de souvenir mais je suis loin d’être une spécialiste… Tu as regardé la saison 2 d’américan Gods ?

      • Pas vu la saison 2 mais maintenant que j’ai lu le roman, je veux bien revoir la saison 1 aussi.

        Je suis totalement contre les adaptations dans le sens cinéma > roman qui sont obligatoirement mercantiles.

      • Je suis bien d’accord pour les adaptations cinéma>roman… C’est le premier que je lis et même si on retrouve le ton qui m’avait tant plu dans le film, il y a forcément un goût de déjà vu..(bon, à vrai dire, je pensais qu’il s’agissait du roman original donc j’ai en plus l’impression de m’être fait avoir… mais bon).

        Je serai curieuse de connaitre ton avis sur la série à la lumière du roman.

  4. Coucou, je suis venue lire ta chronique après avoir écrit la mienne et je suis d’accord avec toi sur tous les points. Mais du coup je me posais une question: est-ce que ce livre est représentatif du style de l’auteur ? Ou bien y a-t-il un peu plus d’action dans les autres ?

    • Coucou, merci à toi de ton passage ici ! J’ai lu un autre livre de l’auteur (de mémoire Neverwhere) mais je serai bien en peine de t’en parler parce que je ne m’en souviens plus du tout… C’est peut-être révélateur qui sait. En tout cas, même si je ne regrette pas la lecture de American Gods, il m’a manqué trop de clés pour parvenir à faire de cette lecture une lecture marquante… Par contre, je ne me souvenais pas du côté « fouilli » d’American Gods dans Neverwhere..

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s