Série – Sharp Objects


Mini-série de Jean-Marc Vallée
1 saison (terminée)
Adaptation du roman Sur ma peau de Gillian Flynn

SYNOPSIS :

Camille Preaker, journaliste spécialisée dans les affaires criminelles récemment libérée d’un hôpital psychiatrique après des années d’automutilation, retourne dans sa ville natale de Wind Gap, Missouri, pour enquêter sur le meurtre d’une jeune fille et sur une disparition. Elle est hébergée dans la maison de son enfance sous l’œil critique de sa mère, la mondaine Adora. Camille va devoir affronter ses vieux démons.

MON AVIS :

1-Wind Gap, une ville aux apparences trompeuses

Marqueur culturel et social, la petite ville de Wind Gap est l’archétype parfait de la petite ville du sud des Etats-Unis dans laquelle tout le monde se connait et se jauge. Véritable panier de crabes, elle renferme de nombreux secrets et une violence sous-jacente récemment marquée par la disparition de deux jeunes filles – Ann et Nathalie.
Un élément déclencheur qui permettra l’avènement de deux regards « extérieurs » : celui d’un jeune lieutenant et celui de la jeune Camille (Amy Adams), originaire de Wind Gap. Le retour de Camille marque la petite communauté et l’interroge sur sa capacité de résilience, sa possible construction commune et son éternelle loi du silence. Un voyage dans le temps autant que dans l’espace pour Camille qui redécouvre, à travers ses souvenirs enfouis, les démons de son passé. A Wind Gap, les grandes demeures semblent figées dans un lointain passé et sont confrontées à la saleté la plus vile (la ville est connue pour ses abattoirs porcins). Une communauté solidaire, singulière et propre à l’Amérique, telle que l’avait déjà dépeinte David Lynch dans Twin Peaks.

2-La cellule familiale comme une toile d’araignée qui se referme

A l’intérieur même de cette communauté, une autre plus intime encore semble se tisser. La cellule familiale de Camille, empreinte de nombreux faux-semblants cachés sous une apparence douce et tranquille où la si belle Adora (impressionnante Patricia Clarkson), membre incontournable de la communauté, règne comme une reine-mère, apparait ici comme le noyau dur de la série. La famille et plus particulièrement la figure de la mère, semblent ici révéler la noirceur de l’âme humaine et l’impossible pardon. Un foyer tissé comme une toile d’araignée où règne Adora qui s’étend sur l’ensemble de la communauté et révèle, au fur et à mesure des épisodes, de bien sombres secrets. (Jusqu’à la révélation finale qui fait froid dans le dos…)

3-Amy Adams, sublime Camille, noyée dans un monde de femmes

Tout comme Big Little lies du même réalisateur, Sharp objects est le portrait sans concessions de quelques figures féminines dont la très nuancée Camille interprétée par la talentueuse Amy Adams. Dans le sombre rôle de Camille, elle incarne tout à la fois la fuite, la détresse et la force. Chacune des femmes présentes dans l’oeuvre révèle différentes facettes de l’âme humaine laissant apparaitre l’ombre derrière la lumière. Une figure féminine qui prend corps à travers plusieurs générations et dévoile l’influence grandissante de l’environnement sur l’individu. En effet, rien n’est jamais uniforme à Wind Gap et aucun de ses protagonistes ne peut être appréhendé sans nuances. Une vraie force pour cette série à la fois subtile et dérangeante.

4-La peau comme toile d’expression

Marquée par les non-dits, Sharp objects utilise de nombreux autres modes d’expression pour mettre en lumière les maux dont souffrent ses protagonistes. Ainsi est-ce le cas de Camille qui, souvent bridée dans ses pensées et étouffée dans cette ville qu’elle a fuit, se tourne vers le journalisme et donc les mots pour se défaire de ses propres souffrances.
Des mots qu’elle extériorise par son travail mais qu’elle a également peint comme une toile sur son corps. Dès lors, c’est sa propre peau qui devient le terrain d’extériorisation de ses maux et la carte permettant au spectateur d’explorer son insaisissable psychisme.

5-La musique autre moyen d’évasion

Les moyens d’évasion dont dispose Camille pour se sauver du cauchemar de son enfance sont nombreux : des mots gravés sur sa peau à ceux couchés sur le papier, elle se noie également dans les sons. Une bande son ultra présente qui donne à la série une véritable identité sonore et plonge le spectateur tout entier dans un univers sombre et d’une impressionnante richesse.

Difficile dès lors d’en dire plus sans dévoiler l’intrigue principale. Je ne peux que vous encourager à découvrir cette mini-série. Une plongée dans les méandres du psychisme humain, sombre et brutale,  impossible de rester indifférent.

Bande annonce

Publicités

20 réflexions sur “Série – Sharp Objects

    • Je ne peux que te la conseiller, il y a vraiment une ambiance dans cette série, c’est très bien pensé. Et puis, c’est toujours intéressant de pouvoir comparer série et livre.

      • Souvent je n’aime pas lire un livre avec près avoir vu le film/la série parce que mon imagination est « bloquée » par ce que j’ai vu sur l’écran mais là la question ne se pose pas donc je me laisserai séduire

      • Je ressens exactement la même chose ou alors il faut que je regarde l’adaptation ou lise le livre biennnn longtemps après (quand je ne m’en souviens plus en fait…) 😉

      • Pareil ! C’est pour ça que je commence à envisager de lire « Ready Player One », ça fait plus d’un an que j’ai vu le film donc d’ici 6, 8 mois ça devrait être envisageable ^^

      • Oui, il faut que les personnages eux mêmes s’effacent suffisamment pour que la lecture ne soit pas trop parasitée par des visages 😉

      • C’est ça. Mais en même temps que le visionnage reste suffisamment frais pour qu’on puisse critiquer « Ah mais le réalisateur a PAS DU TOUT respecté la vision de l’écrivain ! »

      • Oui, ça nous laisse cette liberté (en même temps, des fois c’est bien aussi que le réalisateur décide de s’éloigner du roman… Ca nous laisse une petite surprise 😉 )

  1. J’ai regardé cette série il y a quelques semaines, et je ne suis pas aussi enthousiaste que toi.

    J’ai trouvé que l’histoire tirait en longueur, les personnages féminins sont détestables surtout Adora et sa fille Ama ! et je n’ai vraiment pas aimé la bande-son. Et de manière générale je trouve que tout est trop sombre, puisque presque tout se passe de nuit et j’ai trouvé ça fatiguant pour les yeux.

    Bref .. les goûts et les couleurs 😉

    • C’est sympa d’avoir ton retour sur cette série ! C’est vrai qu’Adora et Ama sont plutôt détestables mais c’est justement ce qui nous permet de comprendre la « folie » de Camille. J’ai beaucoup aimé les nombreux messages cachés dans la série (jusqu’à ceux inscrits sur le corps de Camille) et l’ambiance, très sombre il est vrai. Je trouve que c’est une série qui créé des émotions et qui propose quelque chose de nouveau, ce qui n’est pas si courant… 😉 bon we à toi !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s