Dites-lui que je l’aime de Clémentine Autain


Editions Grasset – 158 pages
Parution le 6 mars 2019
Littérature française

« L’autre jour, ma fille m’a demandé si on pourrait te voir quand tu ne seras plus morte. Elle est encore petite, tu sais, alors elle a insisté – et pourquoi ton cœur s’est arrêté, et pourquoi tu es morte dans ta salle de bain… Mourir à 33 ans, elle ne comprend pas, et elle a peut-être senti dans ma réponse mon aversion à parler de toi, à penser à toi. J’avais tout emmuré mais te revoilà sans cesse… »

Il aura fallu trente ans pour que Clémentine Autain écrive sur sa mère, la comédienne Dominique Laffin, morte en 1985. Clémentine en avait 12 et déjà un long et douloureux chemin avec cette mère en souffrance, égarée, incapable de prendre soin de sa fille. Clémentine Autain s’est construite en fermant la porte aux souvenirs, en opposition avec cette mère dont, petite fille, elle avait parfois dû s’occuper comme d’un enfant. Aujourd’hui, elle n’occulte rien, dit avec justesse le parcours tragique d’une femme radieuse et brûlée, passionnée de vie, actrice magistrale, féministe engagée mais dévorée par ses angoisses et prise au piège d’une liberté dangereuse.

MON AVIS :

En ouvrant ce roman autobiographique, c’est d’abord une impression d’impudeur qui nous saisit. Clémentine Autain semble régler ses comptes, laisser sortir la rancoeur, exprimer sa douleur face à sa mère défaillante, fragile et bien incapable de s’occuper d’elle. La face sombre d’une comédienne talentueuse, promise à un bel avenir puis brisée par le destin…
Clémentine Autain est la fille de Dominique Laffin. Une filiation dont elle a toujours tenté de se départir comme pour se reconstruire loin de cette mère chancelante. Entre alcool et dépression, les mots sont incisifs, souvent durs, toujours intimes. Et puis, se dessine progressivement, derrière l’enfant blessée au courage manifeste, la femme combative qui se plait finalement à imaginer les ressemblances plutôt que les dissemblances. Dites-lui que je l’aime, titre d’un film de Claude Miller tourné par Dominique Laffin avec Gérard Depardieu en 1977, c’est aussi l’appel d’un sentiment, celui imaginé par une petite fille, celui qu’elle n’a jamais reçu directement et qu’elle invoque comme un ultime appel ou qu’elle imagine dans la bouche de celle qu’elle n’a cessé de chercher avant de l’enfouir sous l’argile de l’oubli. Dites-lui que je l’aime est un roman fort, souvent dérangeant mais toujours poignant. A découvrir pour la rage qu’il contient autant que pour son pouvoir d’apaisement.

Ce qui abime c’est la répétition. Ce qui nous a séparées c’est la récurrence de ton incapacité à prendre soin de moi. Je n’ai plus trouvé la force de comprendre, j’ai condamné. Je n’ai plus cherché à relier les bribes d’interprétations possible pour te disculper, j’ai considéré que ce n’était pas mon problème. Je n’ai plus entretenu les moments de bienveillance et de joie, je les ai enterrés. Qu’importe la compassion et la compréhension, la justice ou la vérité, pourvu que je marche droit. Tout a fonctionné comme si j’avais eu un besoin impérieux de t’anéantir pour pouvoir m’en sortir et tracer mon chemin loin de la déprime et de l’alcool.

Un grand merci aux éditions Grasset pour la découverte de ce livre.

Publicités

4 réflexions sur “Dites-lui que je l’aime de Clémentine Autain

    • J’ai pensé à toi et à ta chronique en écrivant cet article et effectivement, on est nécessairement de par le sujet du livre un peu voyeur involontaire. Après, on ressent bien le chemin de l’auteure et sa plume est vraiment très agréable à lire, je ne peux que te le conseiller ! bises

      • Alors je vais t’écouter et le lire mais là, je suis sur « Le roi des sports » … pas facile, très long (700 pages) et écrit tout petit, je rame un peu !!! Bises

      • Coucou 😉 De quoi parle « Le roi des sports » ? Tu as bien du courage de te lancer dans une lecture aussi importante … Je t’avoue que je n’ai pas vraiment ce courage en ce moment… Du coup, tous mes pavés prennent la poussière sur l’étagère… 😦 bises

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s