Betty de Tiffany McDaniel

Editions Gallmeister – 716 pages
Littérature américaine

La Petite Indienne, c’est Betty. Née en 1954 dans une baignoire, Betty Carpenter est la sixième de huit enfants. Sa famille vit en marge de la bonne société car, si sa mère est blanche, son père est cherokee. Lorsque les Carpenter s’installent dans la petite ville de Breathed, après des années d’errance, le paysage luxuriant de l’Ohio semble leur apporter la paix. Avec ses frères et soeurs, Betty grandit bercée par la magie immémoriale des histoires de son père. Mais les plus noirs secrets de la famille se dévoilent peu à peu. Pour affronter le monde des adultes, Betty puise son courage dans l’écriture : elle confie alors sa douleur à des pages qu’elle enfouit sous terre au fil des années. Pour qu’un jour, toutes ces histoires n’en forment plus qu’une, qu’elle pourra enfin révéler au grand jour.

Betty raconte les mystères de l’enfance et la perte de l’innocence. À travers la voix de sa jeune narratrice, Tiffany McDaniel chante le pouvoir réparateur des mots et donne naissance à une héroïne universelle.

MON AVIS :

Drapé dans un univers poétique, le roman de Tiffany McDaniel emprunte aux contes ses aspects merveilleux et ses personnages inoubliables. Chacun, avec force, se dessine sous l’écriture puissante de l’autrice, complexe, délicat, impuissant, inoubliable.
Les visages qui peuplent ce roman sont nombreux et leurs destins qui s’entrecroisent, parsemés d’embûches, de drôleries et de merveilleux.
Betty est une oeuvre rare, parce qu’elle évoque la gravité sans oublier l’apesanteur, parce qu’elle grave ses personnages dans le marbre de leurs histoires tout en leur laissant un espace de liberté suffisant pour imprégner l’imagination du lecteur. Entre légendes indiennes, misère sociale, acceptation de la différence et destruction, Betty nous offre une palette d’émotions aussi riches que ses personnages sont puissants et indomptables. A découvrir!

-Quand j’avais ton âge, moi aussi je voulais être quelqu’un d’autre.
-Tu voulais être qui, P’pa ?
-Quelqu’un d’important. Tu sais pourquoi je t’appelle Petite indienne ? (Il s’est arrêté de dessiner pour me regarder dans les yeux) C’est pour que tu saches que tu es déjà quelqu’un d’important.

La pensée m’est alors venue qu’être enfant, c’est savoir que le balancement du berceau nous rapproche et en même temps nous éloigne de nos parents. C’est le flux et le reflux de la vie qui, tour à tour, nous poussent vers les autres, puis nous en écartent, peut-être dans le but de nous permettre d’acquérir la force nécessaire pour affronter l’instant où ce mouvement de balancier nous aura tellement éloignés de la personne que nous aimons le plus qu’elle ne sera plus là quand nous reviendrons vers elle.

14 réflexions sur “Betty de Tiffany McDaniel

  1. Bonjour Yuko, depuis l’année dernière et le fait qu’il ait été récompensé par le prix du roman Fnac, il m’attire. J’attends de le trouver en biblio ou sa sortie en poche. Je n’ai lu que des billets positifs comme le tien sur ce roman. Bonne journée.

    • Bonsoir Dasola, c’est une oeuvre très douce et en même temps terrible. Je ne peux que te la conseiller comme de nombreux lecteurs, c’est un joli voyage 😉 bonne soirée à toi !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s