Aromantic (love) story de Haruka Ono


Editions Akata – tome 1

Futaba Kiryû, 32 ans, est autrice de mangas. Ce qu’elle adore par-dessus tout, c’est dessiner des shônen bien sociaux ! Le problème, c’est que ce genre ne marche plus du tout… Du coup, pour essayer de vraiment lancer sa carrière, son éditeur lui propose (impose ?) de s’essayer à un autre genre de shônen : le harem manga ! Gros hic : elle déteste ça, et surtout… elle ne s’intéresse pas du tout à l’amour. Bien malgré elle et agacée par l’injonction sociale qui impose aux femmes d’être forcément amoureuses, elle entame l’écriture d’un shônen manga romantique. Contre toute attente, le succès est immédiat, et la voilà condamnée à continuer de dessiner une série à laquelle, elle-même, elle ne comprend rien…

MON AVIS :

C’est un sujet plutôt nouveau qu’aborde le premier tome de ce manga audacieux : la vie et la vision très féministe d’une jeune mangaka sur la production de manga dans l’industrie japonaise ou comment, malgré ses convictions, cette jeune autrice est obligée de s’adapter à la demande de son public.
Une réflexion intéressante sur les préjugés de la société et les attentes parfois déroutantes d’une majorité de lecteurs. Au-delà de cette thématique, l’utilisation du triangle amoureux est quant à lui plus convenu et n’apporte pas de relief réel à l’histoire. Un sujet initial très intrigant, porté par des dessins très réussis, mais qui se perd un peu dans l’utilisation attendue du triangle amoureux et de quelques clichés..

Un grand merci à Babelio et aux éditions Akata pour la découverte de ce manga !

Adam et Eve Tome 1 de Hidéo Yamamoto


Editions Kazé – Tome 1

Dans un luxueux club privé, sept yakuzas se sont retrouvés en secret. Sept chefs de clan exceptionnels qui ont réussi à dépasser leurs querelles pour tenter de rénover le monde décadent de la pègre japonaise. Mais leur réunion va être interrompue par deux invités inattendus. Deux êtres invisibles dont seul est perceptible le bruit des pas… et une odeur de violence extrême !

MON AVIS :

Image de la violence invisible qui irrigue la société souterraine japonaise, Adam et Eve raconte comment sept yakusas se retrouvent pris au piège d’un danger plus grand. Un huis-clos macabre d’une extrême violence visuelle et d’une impressionnante mise en scène, entièrement tournée autour de la notion de mouvement dans l’espace.
Les dessins sont particulièrement réussis, puisqu’ils parviennent à rendre visible ce qui ne l’est pas, tout en créant une atmosphère de crainte intense et réaliste.
Une oeuvre rythmée qui dérange, dans la violence qu’elle véhicule autant que dans l’image qu’elle renvoie parfois de la femme, souvent limitée ici à un rôle de provocatrice du désir.
Un premier tome qui installe progressivement l’histoire, entre provocation et violence. A réserver à un public averti.

– Un grand merci aux éditions Kazé et à Babelio qui m’ont permis de découvrir ce premier tome.

Deadlock tome 1 de Saki Aida et Yuh Takashina

Deadlock

Editions Taïfu comics – tome 1

Agent de la brigade des stups à Los Angeles, Yûto Lennix, 28 ans, est accusé du meurtre de son coéquipier après que ce dernier a été retrouvé assassiné dans son appartement. Deux semaines auparavant, ils avaient réussi à démanteler l’un des plus gros réseaux de drogue de New York après un an d’infiltration. Victime d’un coup monté, Yûto est condamné et envoyé à la célèbre prison de Schelger où il devient rapidement la cible des autres détenus. Face à cette situation, Yûto refuse l’aide de son codétenu, Dick Burnford, un homme énigmatique respecté par tous les autres détenus. Quelque temps après son arrivée, Yûto reçoit la visite de Mark Hayden, un agent du FBI venu lui proposer sa libération s’il arrive à retrouver Corvus, le mystérieux leader d’un groupe terroriste.

MON AVIS :

Basé dans le milieu carcéral, le manga Deadlock a le mérite de l’originalité : des personnages intrigants, un milieu hostile fidèlement retranscrit, une logique de clans qui s’opposent et qui protègent. Autant d’ingrédients plutôt réalistes retranscrits ici avec beaucoup de précisions. De même, et c’est plutôt rare pour le souligner, la problématique de la sexualité des détenus tout comme ses thèmes liés à l’homosexualité, font de ce manga (classé comme Yaoï), une oeuvre réservée à un public averti. L’ensemble fonctionne plutôt bien et reste subtil. Les stratégies se mettent ici progressivement en place et parviennent à susciter la curiosité du lecteur. Les personnages, même s’ils apparaissent peut-être trop joliment dessinés, sont en revanche bien travaillés et tout en nuances. Difficile donc de se faire une opinion définitive sur chacun d’eux à la lecture de ce premier tome, mais c’est pour mieux susciter l’envie de découvrir les prochains. Un pari réussi pour une lecture qui a été pour ma part atypique mais que je ne regrette pas d’avoir découvert. Une belle surprise, ici mise en bulles par la talentueuse Takashina Yuu, qui parvient, à travers un mouvement fluide et précis, à rendre vivants ses personnages. Une oeuvre que je vous invite à découvrir si vous êtes curieux de nouveautés et amateurs de mangas atypiques aux personnages insaisissables et plutôt attachants.

Je remercie Livraddict de m’avoir sélectionnée pour vous parler de ce manga et les éditions Taïfu Comics pour l’envoi (très rapide) de ce tome !

Deadlock1

X-day de Setona Mizushiro

xday-integrale

Editions Kazé – 1 tome

« Si seulement ce lycée n’existait pas… » Rika Saginuma est à un tournant de sa vie d’adolescente : elle vient de connaître une première vraie déception amoureuse. Suite à une grave blessure, elle a été disqualifiée de l’équipe de saut en hauteur, sport qu’elle pratique avec passion depuis des années. C’est alors qu’elle trouve sur le Net un site où dialoguent quatre personnes, qui nourrissent comme elle un profond sentiment de rancœur à l’égard du lycée auquel elles doivent chaque jour rendre des comptes.

MON AVIS :

Si l’on peut imaginer qu’un tel sujet passionne les lycéens désireux de dynamiter leurs lieux d’enseignement, on aurait pu espérer ici une oeuvre de réflexion qui nous conduise à nous interroger sur certains comportements de la société.
Ici, malheureusement, l’adolescence est réduite à la marginalisation, à travers 4 personnages unis dans leur détresse, qui se rencontrent dans le seul but de détruire le lieu à l’origine de leur mal-être. Malgré des dessins réussis, les personnages apparaissent en réalité vite creux et les dialogues un peu faciles. Un manga plutôt malhabile qui ne se départit jamais vraiment des clichés propres à l’adolescence et au genre du manga. Une rencontre décevante ou un livre à lire quand on se sent davantage concerné par le sujet…

x-day1

Ayako d’Osamu Tezuka

ayako

Editions Guy Delcourt – 3 tomes

Jiro Tengé, prisonnier de guerre tout juste rapatrié, est devenu agent secret au service des forces occupantes américaines. Son retour est plutôt mal perçu, son père se demandant pourquoi il n’est pas mort pour sa patrie.
Il retrouve une famille dont les liens se sont singulièrement dénaturés. Et qui est cette jeune enfant nommée Ayako qui ressemble aussi étrangement à son père ?

MON AVIS :

Dans le contexte d’après guerre, et sous occupation américaine, Osamu tezuka nous livre une véritable tragédie familiale où les dessins qui peuvent d’abord paraître d’une touchante naïveté se révèlent en réalité cacher des êtres complexes et nuancés.
Un véritable tour de force que nous livre avec habileté l’auteur d’Astro, le petit robot. Une oeuvre forte, véritable peinture de la société japonaise d’après guerre qui cache une vision riche et terrible de l’histoire et du sens du sacrifice japonais.

ayako1

Une sacrée mamie de Sabûro Ishikawa et Yoshichi Shimada

Une sacrée mamie

Editions Delcourt – 11 tomes

Hiroshima, 10 ans après la guerre. Le jeune Akihiro vit avec son frère et sa mère. Trop pauvres pour subvenir à ses besoins, ils décident de le confier à sa grand-mère qui habite à la campagne.
Mais celle-ci vit dans un dénuement quasi-total. Entre espiègleries et vie simple, Akihiro va découvrir les petits plaisirs de la vie et vivre une enfance pauvre mais heureuse grâce à sa sacrée mamie…

MON AVIS :

Ce manga a été un véritable coup de coeur ! Avec simplicité et sagesse, l’auteur nous raconte son enfance, ses rêves, ses aspirations, ses faiblesses et l’obligation de composer avec la réalité et le dénuement. Une oeuvre tendre et drôle grâce à laquelle on s’attache très facilement aux personnages, à leur vie simple et à leur force de caractère.
Les évolutions du petit Akihiro sont très touchantes et l’optimisme qui se dégage de l’oeuvre est contagieuse. Un manga drôle et intelligent, idéal pour des enfants et qui, sans sous estimer la pauvreté, en fait une alliée et une force. Une BD tendre et imaginative qui ravira petits et grands… Laissez-vous tenter, vous aussi, par l’optimisme et le charme de cette sacrée mamie et de son adorable petit-fils !


Une sacrée mamie1