Halloween Movie Tag

lexorciste

Quel est ton film d’horreur préféré ?

J’ai trouvé ce petit TAG de circonstance chez ma copinaute Tinalakiller (voici ses réponses). J’espère qu’il vous donnera envie d’en savoir plus et peut-être de découvrir certains films 🙂

1) Ton premier film d’horreur ?

J’ai regardé beaucoup de films d’horreur quand j’étais adolescente. Mais peut-être que l’un des plus marquants a été le premier Scream de Wes Craven (1996). Il a vraiment changé les codes du genre et a apporté de nouvelles possibilités pour ce cinéma.
Je pense aussi à Halloween, la nuit des masques de John Carpenter (1978) qui a marqué mon adolescence également.

scream

2) Ton film d’horreur préféré ?

Sans hésitation, je dirai L’exorciste de William Friedkin (1973), je trouve que ce film n’a pas pris une ride et qu’il brasse toujours des thèmes impressionnants pour moi, sans surplus ni maniérisme mais avec beaucoup de pudeur, de sobriété et de justesse. Il reste pour moi LE film de référence en matière d’horreur.
Je n’oublie pas non plus d’autres films que j’aime beaucoup : Shining de Stanley Kubrick ((1980), Dark Water de Hideo Nakata (2002), Nosferatu, le vampire de Friedrich-Wilhelm Murnau (1922) pour lequel j’ai une tendresse particulière et beaucoup d’autres… It follows de David Robert Mitchell (2015), Morse de Tomas Alfredson (2008), The grudge de Takashi Shimizu (2002) et sa version américaine de 2004 du même réalisateur.
J’ai une pensée toute particulière pour la scène d’intro de Destination finale 2 de David R. Ellis (2003) qui reste pour moi l’une des scènes d’intro les plus impressionnantes du genre.

the-eye

3) Le film d’horreur que tu détestes ?

Je ne dirai pas que je « déteste » certains films d’horreur. Disons que je les trouve parfois attendus et prévisibles. C’est le cas de The eye de Gin Gwai (2002), Thirst, ceci est mon sang de Park Chan Wook (2009), The broken de Sean Ellis (2008), Mirrors d’Alexandre Aja (2008), Martyrs de Pascal Laugier (2008), Chambre 1408 de Mikael Hafstrom (2008)… Difficile de renouveler le genre et de ne pas réutiliser des craintes/peurs déjà vues.

Par ailleurs, certains films ont une idée de départ intéressante mais ne parviennent pas à la développer suffisamment. Je pense notamment à Teeth de Mitchell Lichtenstein (2007)

D’autres n’ont pas su me toucher suffisamment pour que je les apprécie peut-être à leur juste mesure : Répulsion de Roman Polanski (1966).

Enfin, je ne suis pas une grande amatrice des suites et des remakes que je trouve généralement peu originaux et attendus : The eye de Xavier Palud (2002), David Moreau (2008), The Ring de Hideo Nakata (2008), Maniac de Franck Khalfoun (2012), Le village des damnés de John Carpenter (1995) ou encore Souviens-toi l’été dernier 2 de Jim Gillespie (1998).

it-follows

4) Le film d’horreur que tu trouves sous-estimé ?

Il y a beaucoup de films qui méritent selon moi d’être plus connus. C’est le cas de It follows de David Robert Mitchell (2015), un film d’horreur récent qui fait nous propose autre chose pour le genre et nous montre que certaines peurs nouvelles peuvent émerger. Rec de Paco Plaza et Jaume Balaguero (2007), Morse de Tomas Alfredson (2008), The descent de Neil Marshall (2005), The grudge de Takashi Shimizu (2002 et 2004), Ring de Hideo Nakata (2008) ou encore, dans un tout autre genre Black sheep de Jonathan King (2008) : avouez que l’idée des moutons cannibales de Nouvelle-Zélande a de quoi intriguer…

5) Le film d’horreur que tu trouves surestimé ?

Il y en a beaucoup, puisque peu de films parviennent malheureusement à renouveler le genre… Ainsi, Les dossiers Warren (1 et 2 – 2013 et 2016) de Jonathan King, The eye de Xavier Palud (2002), Rosemary’s baby de Roman Polanski (1978) ou Phantom of the paradise de Brian de Palma (1974) qui ont beaucoup vieillis ou encore Esther de Jaume Collet-Serra (2009)

esther

6) Le film d’horreur / le film dont tu n’as pas trouvé le courage de le regarder ?

Je ne suis généralement pas très sensible au genre horrifique mais je dois avouer que je n’ai pas envie de regarder Cannibal Holocaust de Ruggero Deodato (1980). Ici la frontière entre le réel et la fiction est trop ténue voire inexistante pour certaines scènes et c’est ma limite.

7) Le film d’horreur qui t’a empêché de dormir ?

Il ne s’agit pas vraiment d’un film d’horreur à proprement parler, mais c’est un film qui m’a beaucoup impressionnée, peut-être parce que je l’ai vu trop jeune. Il s’agit de Freaks, la monstrueuse parade de Tod Browning (1932). Au-delà des personnages, je trouve qu’il y a une réelle cruauté dans ce film et je n’ai jamais eu le courage de le revoir, même adulte.

sleepy-hollow

8) Ton costume d’Halloween issu d’un film en particulier?

Je pense à un film de Tim Burton, peut-être Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête (1999) (pas facile comme costume… ;)), Alice au pays des merveilles (2010), Edward aux mains d’argent ou Sweeney Todd (2007)

9) La série (ou épisode) qui t’a le plus effrayé ?

Je ne regarde pas vraiment de série horrifique, sauf à classer Twin Peaks dans ce genre mais ce serait réducteur… J’aimerais cependant découvrir American Horror Story dont j’entends beaucoup de bien.

10) Le monstre que tu préfères ?

Si on peut parler de « monstre » dans ce cas, je dirai que j’aime bien le personnage du fantôme, avec tout ce qu’il comporte de passé, de frayeur et d’intemporalité. Cf Les autres de Alejandro Amenábar (2001)

la-cabane-dans-les-bois

Je profite de cet article spécial Halloween pour vous conseiller le très audacieux/drôle/intéressant La Cabane dans les bois de Drew Goddard (2012), il s’amuse beaucoup avec les archétypes du film d’horreur et le fait avec humour (et sans peur) !

TAG – Book Fangirling Award et Liebster awards 2016

Keep calm and read a book

J’ai été taguée par Folavril, par La chambre rose et noire et par BénédicteN’étant pas une grande fan de tags à la base, je me prête assez rarement à l’exercice et m’excuse par avance de mon retard pour vous répondre 😥

Voici les questions :

Celles de Folavril :

-Un livre que tu as relu plusieurs fois ?
Je relis très rarement mes livres puisqu’il y en a bien trop à découvrir !
Je dirai tout de même Isabelle Bruges de Christian Bobin qui m’accompagne depuis quelques années maintenant et dont je relis très souvent quelques passages.

-Un livre qui a marqué ton enfance ?
Princesse de William Taylor. L’un de mes tous premiers livres plus « ados/adultes » à un âge où je lisais beaucoup de romans jeunesse.

-Combien de livres as-tu dans ta PAL ?
Bien, bien, bien.. La question qui fâche. Je dirai plus de 200 😥

-Ton auteur fétiche, dont tu lirais toutes les nouvelles parutions les yeux fermés ?
Christian Bobin bien sûr !

-Offre-nous une citation extraite de ta dernière lecture
« -Un interrogatoire dans un zoo ? demanda Jobert. Au fait, la ménagerie du jardin des plantes c’est vers le nord et le zoo de Vincennes vers l’est, non ?
-Attends, tu as vraiment cru qu’on allait au zoo ? T’es dingue ou quoi capitaine ? »
La prochaine fois ce sera toi de Vincent Villeminot


Celles de La chambre rose et noire :

-Quels genres littéraires aimes-tu, lesquels tu aimes moins ou lis moins ?
J’aime tous les genres littéraires et j’adore découvrir de nouveaux auteurs / livres. Je suis peut-être moins naturellement portée sur les histoires de chick lit mais je n’ai peut-être pas encore rencontré la lecture qui me convient parfaitement dans ce genre.

-Ton auteur classique préféré ?
J’ai un petit faible pour Dostoïevski puisque son roman Crime et châtiment m’a durablement marquée. Je citerai également Jean Anouilh et son Antigone ou encore Victor Hugo et ses réflexions sur la peine de mort.

-Ton couple de fiction préféré ?
Je dirai Jane Eyre et M. Rochester ou les personnages du roman Mon voisin de Milena Agus.

-Quels auteurs tu aimerais découvrir ?
Tous ceux que je ne connais pas déjà et peut-être plus particulièrement George Orwell, Léon Tolstoï etc.


Celles de Bénédicte :

-Quel couple issu de la littérature préfères-tu, et pourquoi ?
cf plus haut. Dans le premier cas, j’aime cette rencontre entre deux être imparfaits. Pour Mon voisin, j’aime cette relation un peu fantasmée, le rapport à l’autre partiel et idéalisé. C’est vraiment intéressant de parvenir à retranscrire ces sentiments en littérature.

-Avec quel(s) auteur(s) aimerais-tu partager un bon dîner ?
Vous vous doutez de ma réponse mais j’aimerais bien partager un dîner avec Christian Bobin. (Même si je serai très intimidée)

-Cite le nom d’un personnage de roman qui te ressemble comme deux gouttes d’eau (ou avec qui tu penses partager de nombreux points communs).
Bonne question… Je ne lis pas pour retrouver dans les personnages qui peuplent mes lectures, des gens qui me ressemblent. Au contraire, j’espère toujours y trouver des personnages inspirants, différents. Il m’est donc très difficile de répondre à cette question..

-Quel est ton dernier coup de coeur livresque ? Pourquoi le conseillerais-tu à d’autres lecteurs ?

Mon dernier coup de coeur livresque ? Peut-être réparer les vivants dont je n’arrête pas de parler autour de moi…J’ai beaucoup aimé son écriture sensible et son sujet inédit. Je parle aussi beaucoup de Le quatrième mur de Sorj Chalandon pour sa puissance narrative et sa force évocatrice.

-Dans quel roman aimerais-tu vivre le temps d’une journée ?
Je dirai bien Outlander pour les paysages ou une oeuvre de Jane Austen.

Je ne tague personne mais remercie une fois encore mes tagueuses pour leur patience et leurs questions 🙂

Le dîner littéraire

Diner littéraire2

Récemment taguée par ma copinaute La bibliothèque de Bénédicte, voici mes réponses au Tag du dîner littéraire. Un repas placé sous le mélange des genres…

1. Un personnage qui sait ou aime cuisiner

-Babette de Le dîner de Babette (Karen Blixen). Je suis sûre qu’elle saura nous concocter des petits plats comme personne. (Je vous conseille d’ailleurs le très beau film de Gabriel Axel, adapté de la nouvelle de Karen Blixen, Le festin de Babette)

2. Un personnage qui finance la soirée

-Pourquoi pas M. Darcy (Orgueil et Préjugés, Jane Austen) ? il serait qui plus est, j’en suis sûre, de bonne compagnie.

3. Un personnage qui pourrait causer une scène

-Scarlett O’Hara (Autant en emporte le vent, Margarett Mitchell), assurément. Elle ne pourrait s’empêcher de remettre en cause la composition de la table ou le choix du menu… voire le choix des invités 😉

4. Un personnage drôle / amusant

-Joséphine (Joséphine, Pénélope Bagieu) pourrait nous raconter son quotidien à sa façon. Cela ferait un beau mélange des genres. Et puis pourquoi pas évoquer l’égalité des sexes avec Scarlett à deux époques différentes ?

5. Un personnage sociable / populaire

-J’inviterai Le petit Prince (Antoine de St Exupéry) pour sa poésie, sa tendresse et son regard attendrissant. Il donnerait à la soirée un grain de douceur et mettrait certainement les convives à contribution pour lui dessiner un mouton.

6. Un vilain

-Ce serait le douloureux Raskolnikov de Crime et châtiment (Fédor Fiodor Dostoïevski), un véritable être torturé. Il pourrait porter un regard sombre sur notre société et pourquoi pas susciter un débat intéressant.

7. Un couple (compte pour deux), pas forcément romantique

-Jane Eyre et M. Rochester (Jane Eyre, Charlotte Brontë), bien sûr.

8. Un héros ou une héroïne

-Antigone (Jean Anouilh), donnerait une dimension mythologique et tragique à ce dîner. Elle pourrait s’offusquer, se défendre, contrer la tyrannie de certains convives comme personne 😉

9. Un personnage qui n’est pas apprécié à sa juste valeur

-Isabelle Bruges et son regard de femme-enfant (Isabelle Bruges, Christian Bobin) ou la narratrice de Mon voisin (Milena Agus), qui nous apporterait un regard étonné et naïf. Deux personnages qui iraient à l’essentiel, le partage et l’essence des êtres conviés à ce dîner.

10. Un personnage au choix

-Je souhaiterais inviter Bénédicte de l’Amour et les forêts (Eric Reinhardt) pour son érudition, son regard juste et douloureux sur les choses qui nous entourent mais aussi pour son humour et sa force.

Un grand merci à Bénédicte qui m’a obligé à m’interroger à travers ce tag sur les personnages de romans qui suscitent chez moi des sentiments forts. Je ne sais pas vous, mais moi j’ai hâte d’être à ce dîner 😉
Sans obligations, je serai curieuse de connaitre les choix de Tinalakiller, Laurence et RP1989 et tous ceux qui souhaitent tenter l’expérience. N’hésitez pas à m’indiquer votre participation en commentaires, je viendrai lire vos réponses.

Les 10 livres qui m’ont marquée

La-Liseuse-à-la-fenêtre-Vermeer-2Source de l’image

1-Le petit prince d’Antoine de Saint-Exupéry
2-Les malheurs de Sophie de la Comtesse de Ségur
3-La mort marraine de Anne Quesseman
4-Le journal d’Anne Franck
5-Antigone de Jean Anouilh
6-Les belles endormies de Yasunari Kawabata
7-Jane Eyre de Charlotte Brontë
8-Isabelle Bruges de Christian Bobin
9-L’exécution de Robert Badinter
10-Crime et châtiment de Fédor Dostoïevski

Comme d’autres blogueuses l’ont fait avant moi, j’ai eu envie de dresser la liste (non exhaustive) des livres qui m’ont le plus influencé en tant que lectrice.

S’ils ne sont pas classés par ordre de préférence, j’ai un sentiment particulier en repensant à ces livres et en me rappelant les sentiments qu’ils ont suscités en moi. Comme s’ils continuaient à m’accompagner.

L’émerveillement et le plaisir de me plonger dans ces lectures sont autant de sentiments que je retrouve difficilement aujourd’hui quand je lis un livre. Comme si ces instants passés m’avaient durablement marqués.

Le petit prince est une lecture découverte à l’école primaire. C’est un professeur remplaçant qui nous l’avait fait découvrir à travers des découpages et des coloriages issus du texte.
J’ai toujours beaucoup aimé l’univers poétique qui se dégage de ce livre. Ses rêves, ses illusions mais aussi les difficultés que traverse le petit prince et ses interrogations. C’est peut-être l’un des premiers livres qui m’a permis de m’interroger sur le monde des adultes et sur nos propres questionnements en tant qu’enfant.

J’ai découvert Les malheurs de Sophie un peu par hasard à la bibliothèque et j’ai été séduite par cette petite fille espiègle. De nombreux passages m’ont durablement marqués et m’ont parfois apporté des réponses imagées aux questions que je pouvais me poser. Je suis encore étonnée aujourd’hui de la modernité du texte et des idées qu’il véhicule.

La Mort marraine est un conte. C’est certainement le conte de mon enfance qui m’a le plus marquée. Il est magnifique en ce qu’il explique que la mort est une partie de la vie qu’on ne peut pas occulter. C’est un récit qui véhicule beaucoup d’espoir. Le texte et ses illustrations sont sublimes et le conte d’une très grande modernité.

Le journal d’Anne Franck a été l’un des livres marquants de mon adolescence. Une façon, s’il en était besoin, de comprendre ce qu’une jeune fille de mon âge à l’époque pouvait vivre au quotidien. Mais c’était aussi une façon de comprendre que, malgré les difficultés, cette jeune fille avait les mêmes rêves que moi et les mêmes espoirs.
Le journal d’Anne Franck a été en réalité plus qu’une lecture, ça a été une sorte de rencontre, un dialogue entre les âges. Je l’ai découvert au bon âge.

J’ai découvert Antigone au collège. Il était l’un des livres au programme et il a été l’un de mes premiers coup de foudre. J’ai tout de suite aimé cette belle héroïne, ses prises de position, son destin tragique et les personnages qui l’accompagnent. Sa force de conviction et son caractère déterminé m’ont beaucoup marqués.

Etudiante, j’ai découvert Les belles endormies et sa beauté poétique chargée d’érotisme contenu. Un premier pas vers la littérature asiatique qui ne m’a jamais quittée depuis. Une autre façon d’écrire et de percevoir les corps. Un tout petit livre mais qui illustre le véritable pouvoir de l’imagination et du souvenir.

Autre jolie découverte, la célèbre Jane Eyre qui n’aura, en tout cas pour moi, pas voler sa réputation. Un roman que j’ai dévoré, une belle histoire d’amour qui se situe pourtant dans une atmosphère plutôt austère mais qui ne perd jamais sa fraîcheur et sa puissance. Une très belle histoire littéraire, merveilleusement écrite et qui parvient, aujourd’hui encore, à faire rêver de nombreuses lectrices.

Autre rencontre, celle que j’ai faite avec l’écriture de Christian Bobin. Inutile que je vous en reparle, ceux qui viennent ici le savent, j’aime beaucoup cet auteur. Mais Isabelle Bruges est à part pour moi parmi ses oeuvres. J’ai découvert Christian Bobin grâce à La lumière du monde et Ressusciter qui sont des oeuvres de pensées poétiques. Isabelle Bruges était un livre laissé sur une étagère qui m’a immédiatement intriguée. Ici, il s’agissait d’une véritable histoire, racontée par l’auteur mais toujours avec la même pudeur et la même poésie. Ce fût le coup de foudre. Impossible pour moi de m’arracher à ce livre, il me poursuivait, par ses phrases, ses réflexions, les rapports entre ses personnages. C’est très personnel mais ce livre, lu et relu, ne perd jamais de son éclat.

On m’a conseillé l’Exécution. J’admirais déjà beaucoup le travail de Robert Badinter mais c’est grâce à ce livre que j’ai vraiment compris son engagement et le combat qu’il a mené ensuite. L’écriture est simple mais toujours incisive et percutante. J’ai lu ensuite L’abolition qui est peut-être moins personnel que l’Exécution mais n’en demeure pas moins une belle découverte. Depuis, je lis et écoute tout ce qui se rapporte à ce grand Monsieur et à son combat. La force de conviction et le propos de l’Exécution ne m’ont jamais quittée.

Enfin, dernière découverte marquante. Une rencontre avec la littérature russe et son célèbre auteur, Fédor Dostoïevski. Crimes et châtiment a été une véritable gifle. Avec ce récit, c’est la misère sociale, mais aussi humaine et mentale que j’ai côtoyé. Une atmosphère sombre et lourde qui m’accompagne, d’une certaine manière, encore aujourd’hui.

Bien sûr, d’autres livres m’ont durablement marqués mais ceux-ci sont vraiment les piliers de ma vie de lectrice. Ils ont tous contribué à affiner mes goûts, à m’apprendre quelque chose et m’accompagnent encore aujourd’hui.