Bordeterre de Julia Thévenot


Editions Sarbacane – 524 pages
Littérature française

Inès, 12 ans, est le genre à castagner ceux qui cherchent des embrouilles à son frère, Tristan, autiste de 16 ans. Tristan lui, est plutôt du genre à regarder des deux côtés avant de traverser. Mais ce jour-là, il ne parvient pas à retenir sa sœur qui, courant après son chien… … bascule dans un univers parallèle. Bordeterre. C’est le nom de cette ville, perchée sur une faille entre deux plans de réalité. On y croise des gamins qui chantent pour faire tourner un moulin, des châtelains qui pêchent des cailloux… et des créatures étranges. Inès, par nature, est ravie. Elle explore, renifle le derrière de Bordeterre avec une joie souveraine, comme le chien qu’elle a suivi. Tristan est plus inquiet : il y a quelque chose de pourri dans cette ville.

MON AVIS :

Premier roman de la talentueuse blogueuse Julia Thévenot (du blog Allez vous faire lire), Bordeterre cristallisait de nombreuses attentes. En arrivant à Bordeterre, ce qui surprend avant tout, c’est l’incroyable monde créé par l’autrice et ses codes foisonnant. De petites trouvailles en grandes découvertes, Bordeterre tisse une toile dense et colorée à l’histoire ambitieuse. Une écriture joliment travaillée qui fait de ce roman une première pierre prometteuse. Une oeuvre parfaitement soignée à l’imaginaire débordant mais dont les personnages apparaissent en revanche souvent lisses. Difficile en effet de s’attacher à ces petits êtres aux aventures pourtant extraordinaires. Une première plongée dans les méandres de Bordeterre intéressante qui promet, au regard de l’imagination fertile de l’autrice, de futurs romans intéressants.

Alma se trouve emportée dans une vague tendue vers la scène. L’odeur de sueur de la cave semblait se réveiller, ça sentait le sel, ça hurlait de sensualité.
Serrée dans la douleur de tous ces corps transparents, sa peur se mêlant à celle de ses voisins dans le ressac, leurs voix résonnant dans son torse et ivre de cette joie confuse qui la saisissait toujours dans les mouvements de foule, elle se laissa enrouler par le choeur, éparpiller par les canons spontanés qui émergèrent,
nés d’années de chorale forcée.
« Mais la musique de Bordeterre
Appartient à tout le monde
Car c’est le rythme de nos coeurs
Qui monte de la tombe. »

4 réflexions sur “Bordeterre de Julia Thévenot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s